Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Afrique : Démocratie africaine ou néocolonialisme ?


Rédigé le Jeudi 8 Décembre 2016 à 00:00 | Lu 746 fois



La souveraineté du peuple, telle est la principale caractéristique d'un régime dit « démocratique ». Ce qui suppose donc que quelque soit la forme ou les moyens entrepris, l'aspiration profonde du modèle mis en place devrait être la prévalence des revendications du peuple, constituant le catalyseur de toute politique établie. Or, la prise en compte de certaines réalités s'avère primordiale dans l'adoption du régime politique approprié sur un territoire donné, ces réalités peuvent être d'ordres géographique, démographique, culturel voire même traditionnel. Cela signifie par conséquent que l'idéal en terme de modèle de gouvernance ne peut se résumer à la démocratie contrairement à une idée reçue du système occidental, car chaque État doit pouvoir adopter le régime politique adéquat selon des caractéristiques qui lui sont propres. Autrement dit, la démocratie en tant que organisation politique ne peut convenir à tout le monde de par les spécificités relatives d'un État à un autre.

De même, la démocratie ne peut être réduite à une forme unique d'expression puisqu'il est avant tout important de faire prévaloir son principe directeur qu'est la souveraineté du peuple et pour ce faire, il revient à chaque État d'établir les institutions qu'il juge adéquates et le mode de fonctionnement qu'il estime en accord avec les mentalités de sa population pour l'accomplissement de cet objectif. « Tous chemins mènent à Rome » dit-on, autrement dit : qu'elle soit directe, représentative, ou semi-directe, une démocratie reste dans le fond « très démocratique ».

Mais qu'en est-il s'agissant de l'Afrique ?

L'Afrique étant le berceau de l'humanité, est principalement caractérisée par une culture et des traditions propres à son histoire, car oui, lors de la période ante coloniale, l'Afrique avait bien une histoire, une civilisation, des rites et des traditions qui régissaient la vie en société de ses populations. Il est important de rappeler cette partie de l'histoire car la colonisation est aujourd'hui défendue et qualifiée de nécessaire sous prétexte que sans les valeurs importées de l'Occident, les modèles de gouvernance mis en place par les africains eux-mêmes ne sauraient se montrer efficaces. Or l'histoire révèle que les valeurs de liberté et de fraternité sont anciennes au continent de par ses traditions et ses mœurs, ainsi la charte de Manden de Kouroukan Fouga datant de l'époque du roi Soundiata Keïta et étant une des constitutions les plus anciennes qui existent – car remontant au XIIe siècle, donc bien avant la Magna Carta de l'Angleterre – révèle l'existence d'un système organisé chez les peuples d'Afrique notamment avec des règles de conduites résultant de leurs valeurs traditionnelles et ancestrales. De ce fait, il est évident que le viol des cultures et des systèmes sociaux entrepris par les occidentaux durant la période coloniale n'était guère indispensable dans l'organisation politique et sociale de peuples africains.

Cependant, force est de constater que ce rôle de paternalisme que se sont attribués les occidentaux continue aujourd'hui d'avoir une emprise sur nos modèles d'organisations politiques, c'est ainsi que les démocraties africaines sont souvent critiquées car ne répondant pas tel qu'il se doit au modèle occidentale. Ou alors, certaines d'entre elles sont peut-être « trop occidentalisées » sans prises en compte des mentalités et comportements socio-culturels de leurs populations. Ainsi, on est tenté de trouver dans cet « échec démocratique » que connaissent beaucoup de ces États africains, une part de responsabilité dans l'exercice de ce rôle paternel des occidentaux sur les africains. Mais encore, pourrait-on sûrement parler de néocolonialisme, lorsqu'on sait la pression exercée sur les États africains, concernant notamment leur organisation politique.

L'idée utopique selon laquelle seule la démocratie occidentale serait à même de provoquer un développement est erronée lorsqu'on observe les montées en puissance qu'ont connu les peuples d'Asie ces dernières années, notamment la Chine et l'Inde. La Chine qui n'étant pas forcément démocratique a su mettre en avant le bien être de sa population en maintenant le système politique qu'elle juge approprié et adéquat à cette population selon ses traditions et coutumes. Il en est de même pour l'État indien qui a été capable d'établir une version de la démocratie autre que celle connue en Occident, dans le respect des coutumes, des valeurs traditionnelles et morales de sa population mais aussi en tenant compte des facteurs cités plus haut tels que la géographie et la démographie du pays. Pourquoi les États africains n'en feraient pas de même ?

Ainsi, il est important que les occidentaux cessent cette façon de s'attribuer ce rôle de paternalisme auprès des États africains, afin de leur laisser la liberté d'établir le régime politique qui convient à leur type de société. De même, il est sans doute temps que ces États prennent l'initiative de valoriser leurs héritages culturels dans la rédaction de leurs constitutions. Ainsi chers États africains, il vous revient le droit et le devoir de choisir entre l'asservissement au néocolonialisme occidental ou alors la mise en place d'une démocratie purement et traditionnellement africaine.

Yvelande Sankariste
Etudiante Stagiaire
Laotravoz.info

Rédigé le Jeudi 8 Décembre 2016 à 00:00 | Lu 746 fois

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Diaspora Equato Guinéenne | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos







Le Président Centrafricain a regagné son pays après avoir été reçu par le Président Obiang Nguema Mbasogo dans sa ville natale de MONGOMO

LAOTRAVOZ.INFO - 01/08/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 441 fois |

Biens mal acquis : Le Président Obiang Nguema Mbasogo portera plainte avec Sassou et Bongo contre l'ONG Transparency

LAOTRAVOZ.INFO - 08/07/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 1338 fois |

Guinée équatoriale : le président reconduit à la tête du parti

LAOTRAVOZ.INFO - 07/07/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 500 fois |

En visite en Ouganda, le Président Obiang Nguema Mbasogo regrette Kadhafi et prône la solidarité africaine

LAOTRAVOZ.INFO - 28/04/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 700 fois |

Le Président Theodoro Obiang Nguema Mbasogo promet son soutien aux institutions de la RDC

LAOTRAVOZ.INFO - 18/04/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 464 fois |

Lutte contre la criminalité en Guinée Equatoriale : Le gouvernement tape du poing sur sur la table et reste indulgent face aux cas de légitime défense !!!

LAOTRAVOZ.INFO - 10/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 367 fois |

La tournée de la vérité, de la paix et de la tolérance est belle et bien en marche

LAOTRAVOZ.INFO - 08/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 341 fois |

Réponse de LAOTRAVOZ au blog El CONFIDENCIAL suite à une analyse boiteuse des propos dont le Président Obiang Nguema Mbasogo serait l'auteur ...

LAOTRAVOZ.INFO - 07/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 356 fois |

Djibloho sur tous les bons coups

LAOTRAVOZ.INFO - 27/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 353 fois |

Lutte contre la délinquance en Guinée Équatoriale : Le Président préoccupé reçoit en audience ses plus proches collaborateurs

LAOTRAVOZ.INFO - 13/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 347 fois |