Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cameroun - Patrimoine: Le patriarche dans la tradition Fang-Béti



Il est le « Mbi’i Ntum », c'est-à-dire le porte-parole du clan. Il ne s’agit pas simplement d’un vénérable vieillard vivant au milieu d’une nombreuse famille.



Chez les Fang-Béti, groupe ethnolinguistique vivant au Cameroun, au Gabon, en république populaire du Congo et en Guinée-équatoriale, le patriarche est le dépositaire de la tradition locale. C'est-à-dire, celui qui garde les valeurs morales et éthiques du clan. Un groupe d’individus issus d’un ancêtre commun, souvent mythique. Les Etoudi, les Etenga, les Mvog-Mbi, les Mvog-Belinga, dans la région du Centre Cameroun par exemple et les Yemfek, les Yébaé, les Yekombo, les Ndong ou les Yévol dans la région du Sud Cameroun, pour ne citer que ces quelques grandes familles. L’homme est aussi le « Mbi’i Ntum », celui qui parle au nom du clan. Le porte-parole. A titre d’illustration, « quand une communauté du groupe ethnique Fang-Béti est confrontée à un problème et après épuisement de toutes les voies de recours, c’est alors que le clan fait appel à la sagacité de son patriarche. Le Mbi’i Ntum », croit

savoir sa majesté René Désiré Effa, chef de second degré du canton Ngonebok-Abongntomba, président du forum des chefs traditionnels du Sud. Il est donc la source de la sagesse du clan et sa parole fait autorité. Le Mbi’i Ntum est aussi le guide du clan. « Quand il parle, tout le monde doit l’écouter », insiste le président du forum des chefs traditionnels du Sud. Germain Mbita, notable à la chefferie traditionnelle d’Assok soutient que, « tous les membres du clan lui doivent obéissance et respect en tant que chef de famille. Quelque soit sa condition sociale. Qu’il soit pauvre ou riche. Ceci pour le bien de toute la communauté».

Influence

Le Mbi’i Ntum est également au dessus du chef traditionnel qui n’est qu’un auxiliaire de l’administration, à en croire Herman Oba Biya, patriarche Yemfek. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des chefs traditionnels lui font allégeance pendant son intronisation. D’ailleurs, un chef traditionnel en fonction des différents degrés peut régner sur un, deux, trois, quatre ou cinq grands villages, alors que l’influence du patriarche s’étant sur tout le clan. Or un clan peut traverser les frontières des départements, des régions voir des pays. C’est ainsi que l’on peut retrouver un même clan des FangBéti au Cameroun, au Gabon, en république populaire du Congo et en Guinée-équatoriale. Le cas des Essakoran, des Essambira que l’on retrouve notamment au Cameroun, au Gabon et en Guinée-équatoriale. Les Yemfek que l’on retrouve également dans trois régions du Cameroun, à savoir, le Centre, le Sud et l’Est, au Gabon et en Guinée-équatoriale. Il faut toutefois reconnaitre que de nos jours, « les vrais patriarches sont devenus rares dans la région du Sud, du Centre et de l’Est Cameroun, pour ne prendre que ces parties du pays», regrette Armand Evina, notable à la chefferie traditionnelle d’Aloum par Efoulan. Plusieurs clans Bulu, Fang, Béti vivant dans la région n’en disposant plus. Une situation préjudiciable à la communauté toute entière, au regard de la place qu’occupe le Mbi’i Ntum dans la grande famille et du rôle important que ce dernier est appelé à jouer au sein du clan. Ceci, du fait du mode de désignation qui ne fait pas toujours l’unanimité.

Désignation

Dans les régions du Centre, du Sud et de l’Est Cameroun, où vivent en majorité les Fang-Béti, l’on rencontre par exemple, des patriarches désignés et ceux qui s’autoproclament. C’est ainsi que dans le même espace géographique et culturel, plusieurs élites veulent souvent s’accaparer de ce titre de notabilité grâce à leurs importants moyens matériels et financiers avec le concours de certains chefs traditionnels et notables corrompus. Et comme ils ne font pas toujours l’unanimité au sein de toute la communauté, ils sont illégitimes. Contestés et rejetés qu’ils sont par les autres membres du clan, ils ne peuvent pas être intronisés. Or sans intronisation, pas de reconnaissance traditionnelle et communautaire possible. C'est-à-dire aussi, pas de légitimité. Chez les Yemfek, un clan Bulu par exemple, « le patriarche n’est pas élu, mais désigné par les doyens de la grande famille réunis en assemblée », fait observer Herman Oba Biya. D’où sa légitimé incontestable. Une légitimité qui se manifeste d’ailleurs par l’autorité morale dont jouit ce dépositaire de la tradition locale au sein de la communauté. Arthur Eliot Nko’o, fils du clan Yemfek faisant savoir en outre à propos que, « le patriarche possède aussi des pouvoirs mystiques ». Originaire du village Akok Yemfek par Zoétélé dans le département du Dja et Lobo, le communicateur reconnait en effet que, « c’est un homme très puissant dans la grande famille, surtout dans la médiation ou l’arbitrage des conflits ».

Pouvoirs mystiques

Arthur Eliot Nko’o ajoute aussi que, « la puissance de son verbe ne souffre d’aucun doute au sein du clan ». Et ces pouvoirs, Herman Oba Biya, patriarche Yemfek fait savoir, « qu’ils viennent des ancêtres ». Des pouvoirs qui peuvent parfois s’avérer nocifs et fatales, avertit Arthur Eliot Nko’o. Le fils du clan Yemfek relate en effet que, « par la force du verbe, le patriarche peut maudire ou bénir ses sujets ». Le clan doit donc faire attention parce que sa bouche est sacrée. D’après la tradition Yemfek par exemple, « on peut être patriarche par rapport à l’âge, mais le clan peut aussi désigner un jeune », fait encore remarquer Oba Biya, patriarche du clan Yemfek. Après la désignation, doit suivre l’intronisation. Un moment où tout le clan se retrouve et apporte son onction au nouveau dépositaire de la tradition ancestrale. Samedi, 26 mai 2012, le village Atoui sur la route Mengong-Sangmélima intronise le nouveau patriarche Yemfek. Un clan de plusieurs tribus d’Afrique centrale. La mobilisation est sans précédent. Le clan Yemfek ayant rendez-vous avec son histoire. La restauration de son patriarcat. La désignation et le rituel d’intronisation du patriarche Yemfek ayant été bannis par les colons avant les indépendances, rappelle Arthur Nko’o, fils de la grande famille. Un rituel constituant le garant du prolongement des valeurs du clan.

Intronisation

Ce samedi, 26 mai 2016, des délégations des autres coins du Cameroun, celles du Gabon et de la Guinée-équatoriale ont fait le déplacement pour la circonstance. A la tribune d’honneur, des présences assez remarquables d’autres notabilités du Cameroun facilement identifiables de par la diversité de leurs uniformes traditionnelles. Boubous et gandouras. La présence de l’autorité administrative aussi se veut significative. Le sous-préfet de Mengong par cet acte, donnant une caution officielle à l’événement du jour. Et comme l’église est davantage associée dans ce genre de manifestations traditionnelles et culturelles, elle n’est pas en reste. Mgr Jean Mbarga, actuelle archevêque de Yaoundé, alors évêque du diocèse d’Ebolowa a personnellement fait le déplacement d’Atoui pour dire une messe en marge du rituel d’intronisation. Lors du rituel d’intronisation, Herman Oba Biya, désigné nouveau patriarche Yemfek par son clan reçoit ainsi solennellement, ses attributs dans la pure tradition Fang-Béti en la matière. Le nouveau patriarche Yemfek est coiffé d’une chéchia. Il arbore des colliers au cou, deux bracelets en ébène et en ivoire sur la main gauche. Le dépositaire de la tradition ancestrale du clan Yemfek est aussi vêtu d’un costume traditionnel d’apparat aux couleurs d’une peau de panthère. Herman Oba Biya reçoit ensuite des doyens du clan, un sceptre royal et un chasse mouche, avant de se faire installer sur le trône, conformément à la tradition locale. Puis, arrive l’heure des allégeances. La grande parade. Toutes les délégations présentes, venues du Cameroun ou de la sous région, toutes les notabilités et tous les fils et filles du clan défilent devant lui en faisant allégeance au nouveau chef de la grande famille. Le nouveau patriarche Yemfek n’est pas un analphabète. Bien au contraire. Le garant de la tradition ancestrale du clan est titulaire d’un DEA en science de l’éducation option didactique et évaluation. Le patriarche a aussi servi comme délégué régional de l’éducation de base du Sud, puis de l’Est. Herman Oba Biya est marié, père de quatre enfants et grand-père de deux petits fils.

Jérôme Essian

LAOTRAVOZ.INFO
Dimanche 6 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Diaspora Equato Guinéenne | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC







ONU : Allocution de Son Excellence Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Président de la République de Guinée équatoriale

LAOTRAVOZ.INFO - 26/09/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Fin de la mission du Président de la République, à New York

LAOTRAVOZ.INFO - 25/09/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Le Président Obiang Nguema Mbasogo présent au 72ème Assemblée Générale des Nations Unies

LAOTRAVOZ.INFO - 18/09/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Les élections municipales,sénatoriales et législatives auront lieu le 12 novembre 2017

LAOTRAVOZ.INFO - 17/09/2017 - 0 Commentaire|

FLASH INFOS !!! FAUSSE RUMEUR DU DECES DU PRESIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO

LAOTRAVOZ.INFO - 26/08/2017 - 0 Commentaire|

Le Président Centrafricain a regagné son pays après avoir été reçu par le Président Obiang Nguema Mbasogo dans sa ville natale de MONGOMO

LAOTRAVOZ.INFO - 01/08/2017 - 0 Commentaire|

Biens mal acquis : Le Président Obiang Nguema Mbasogo portera plainte avec Sassou et Bongo contre l'ONG Transparency

LAOTRAVOZ.INFO - 08/07/2017 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : le président reconduit à la tête du parti

LAOTRAVOZ.INFO - 07/07/2017 - 0 Commentaire|

En visite en Ouganda, le Président Obiang Nguema Mbasogo regrette Kadhafi et prône la solidarité africaine

LAOTRAVOZ.INFO - 28/04/2017 - 0 Commentaire|

Le Président Theodoro Obiang Nguema Mbasogo promet son soutien aux institutions de la RDC

LAOTRAVOZ.INFO - 18/04/2017 - 0 Commentaire|