Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Interview de l’ambassadeur de Guinée Equatoriale en France


Rédigé le Vendredi 30 Décembre 2016 à 00:00 | Lu 455 fois

Propos recueillis par Karim DIAKHATE

L’ambassadeur de Guinée Equatoriale en France son excellence Miguel Oyono Ndong Mifumu est un homme du sérail, bien introduit dans les arcanes de la diplomatie. Tour à tour enseignant, expert international, ministre, vice Premier ministre, député et Sénateur, il maîtrise parfaitement les rouages de sa mission diplomatique et défend bien les intérêts de son pays.

Dans cet entretien accordé au magazine le Panafricain, il revient sur le leadership de la Guinée Equatoriale en Afrique et dans le monde, la candidature du ministre des affaires étrangères Agapito Mba Mokuy, à la présidence de la commission de l’Union Africaine, les relations de son pays avec la France et sur d’autres points, entretien.



Le Panafricain : Excellence monsieur l’ambassadeur, votre pays confirme son leadership, en accueillant récemment Malabo, le sommet Arabo africain. Qu’est ce qui explique selon vous, cet intérêt sans cesse croissant pour un pays aux dimensions modestes ?

En matière de relations internationales, la charte des nations unies indique clairement, qu’il n y a pas de petit ni de grand pays, ce qui compte c’est la souveraineté d’un Etat. En effet la grandeur d’une nation ne se mesure pas à la dimension de sa superficie territoriale, ni sur le nombre de sa population, mais par ses actes et bien entendu ses réalisations. Et partant de cet argument, notre pays sous la direction de son excellence Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, se sent aujourd’hui à l’aise pour jouer un rôle important sur l’échiquier international. Ce genre de sommets auxquels vous faites allusion, sont souvent organisés en Guinée Equatoriale.

En ce qui concerne le sommet Union africaine-pays arabes, je voudrais souligner que c’est pour la première fois, que l’Afrique accueille cet événement. Et nous en sommes fiers d’autant plus que la participation ainsi que le résultat escompté, étaient très importants. Par ailleurs je profite de cette occasion pour mettre en exergue, le rôle combien significatif que la Guinée Equatoriale a joué lors de l’organisation de la CAN 2015 après celle organisée conjointement avec le Gabon en 2013.

Pour revenir à celle de 2013, elle a failli être organisée par un autre continent, car le Maroc avait décliné l’offre à cause de l’épidémie Ebola qui avait touché plusieurs pays africains. Mon pays a accueilli par le passé plusieurs sommets et cela, à chaque fois que l’Union Africaine le lui a demandé. Avec ses infrastructures, notamment le centre des conférences de Sipopo, la Guinée Equatoriale offre aujourd’hui un cadre approprié au continent africain, ainsi qu’à n’importe quel pays dans le monde pour organiser de grands événements. C’est la réponse concrète, que nous donnons à nos détracteurs qui passent tout leur temps a vilipender la Guinée Equatoriale et ses dirigeants.

En effet toutes ces réalisations ne sont pas un miracle tombé du ciel, mais c’est le fruit d’un travail et grâce à la grande vision panafricaniste qui anime notre Chef d’Etat SEM Obiang Nguema Mbasogo, que nous avons toutes ces infrastructures.

Le président Obiang Nguema Mbasogo a été reconduit à la tête de la Guinée Equatoriale pour un nouveau mandat, après l’élection d’Avril dernier. Quels sont les facteurs qui ont favorisé sa victoire et quelles sont les réalisations qui ont plaidé pour sa réélection ?

Au cours de ces élections qui ont été couvertes d’ailleurs par la presse internationale et supervisées par de nombreux observateurs internationaux, plusieurs candidats ont pris part au scrutin. Ils étaient au nombre de 6. Le Chef de l’Etat Obiang Nguema Mbasogo était soutenu par une coalition de plus de dix partis politiques et par de nombreuses associations de la société civile. Cela n’a pas été une simple confrontation politique pour pérenniser le parti au pouvoir, loin de là ! Le président avait bien souligné que cela serait son dernier mandat et sa réélection était plutôt une sorte de reconnaissance du peuple équato-guinéen à sa personne, pour le remercier des réalisations qu’il a accompli au su et au vu de tous, durant toutes ces années.

Vous savez que la Guinée Equatoriale est un pays qui vient de loin. A ce jour, il dispose d’infrastructures modernes sur tous les plans, notamment les logements sociaux, les infrastructures éducatives, l’électricité et l’eau potable pour tous, sans oublier les cadres d’accueil destinés aux personnes handicapées et une gestion économique transparente de la chose publique, basée sur des résultats. Voilà ce qui caractérise notre administration. Il suffit de visiter tout le territoire équato-guinéen pour s’en rendre compte. Tous ces éléments sont des facteurs qui ont poussé la population à renouveler leur confiance au Chef de l’Etat. Voilà la réponse précise que je peux donner sur sa réélection en avril 2016. Je vous signale qu’il n y a pas eu de contestation parmi les autres candidats.

La Guinée Equatoriale a présenté la candidature de son ministre des affaires étrangères Agapito Mba Mokuy à la présidence de la commission de l’Union Africaine. Pensez-vous qu’il a des chances d’être élu en remplacement de la sud-africaine Nkosazana Ndlamini Zuma ?

La candidature de la Guinée Equatoriale a reçu le consensus des autres pays de la sous-région et nous pensons que le président de la commission de l’Union africaine devrait être élu à Kigali, lors du sommet de juillet dernier. Notre candidat était bien placé d’autant plus qu’il avait réussi à passer le second tour. Mais hélas les choses se sont passées autrement. Comme toujours, les manœuvres dilatoires de ceux qui ne veulent pas voir l’Afrique se développer et les divisions qu’on observe parfois au sein de l’UA ont resurgi. Les élections ont été sabotées et les textes qui régissent notre union ont été bafoués parce qu’on a vu naître des candidatures de dernière minute alors même que la liste avait été clôturée bien avant la date butoir.

Des intérêts extra-continentaux qui ne voulaient pas voir un candidat de la Guinée Equatoriale à la tête de l’UA ont joué sur certains esprits. Malgré la qualité des 3 candidats retenus par la commission, les élections ont été repoussées pour certains prétextes. Je vous informe que le candidat de la Guinée Equatoriale est l’un des meilleurs, non seulement parce qu’il est non seulement jeune et dynamique mais également diplômé des grandes écoles occidentales. Il dispose d’une forte expérience en relations internationales car il a travaillé longtemps au sein des institutions onusiennes (unesco). Notre Ministre des Affaires Etrangères Mr Agapito Mba Mokuy est l’un des premiers parmi les candidats à avoir soulevé, entre autre, la problématique du financement de l’Union Africaine, actuellement assuré par les puissances étrangères. Il semblerait que ce discours ne soit pas du goût de ceux qui veulent maintenir l’Afrique sous l’assistanat permanent. Donc comme vous pouvez le noter, notre candidat est encore maintenu parce que nous sommes confiants.

Il appartient à toute l’Afrique de choisir entre une Union Africaine de stagnation dépendant de l’extérieur et une autre qui progresse, conformément à la préoccupation de ses populations qui ne demandent rien d’autre que la dignité de notre continent. Cela correspond parfaitement à la vision de notre Chef de l’Etat qui, présente la candidature de son Ministre des Affaires Etrangères.

Excellence, comment appréciez-vous les relations entre votre pays et la France, au regard des relations parfois heurtées que l’on note depuis au moins 2 ans ?

Nos deux Etats ont toujours eu de très bonnes relations bilatérales depuis des longues années. La Guinée Equatoriale fait partie de la zone Franc CFA et nous sommes membres de l’organisation internationale de la francophonie. D’ailleurs à ce sujet, nous avons créé la maison de la Francophonie nommée Léopold Senghor qui se trouve à Bata.

Le président Obiang Nguema Mbasogo a toujours indiqué que la France était le seul pays occidental qui est resté à nos côtés pendant la durée de la période que nous avons connue. Et en arrivant en France, j’avais comme mandat de maintenir le climat de confiance et de respect mutuel qui a toujours existé entre nos deux pays. Nous essayons d’avantage de renforcer ces liens qui caractérisent nos liens historiques depuis l’intégration de notre pays à la zone CFA, comme je l’ai indiqué plus haut.

Cependant j’ai appris avec amertume, beaucoup de choses depuis mon accréditation en France. En dépit des très bonnes relations qu’entretiennent nos deux pays, il existe un malaise créé par certains groupes, notamment des ONG et des associations véreuses qui veulent nuire à l’image de nos dirigeants et à nos rapports qui sont au beau fixe avec la France. Je le dis en toute sincérité et la mort dans l’âme, que ces dernières cherchent à endommager dangereusement nos relations bilatérales. Ces ONG accentuent sans scrupule des facteurs peu diplomatiques et éhontés qui ne sont ni à l’avantage, ni dans l’intérêt de nos deux peuples. Tous nos efforts pour pallier cette situation sont sabotés parfois par ces individus qui veulent non seulement salir notre image, celle de nos dirigeants. Et sauf erreur de ma part, ils tiennent à instrumentaliser la justice d’un grand pays comme la France. Nous ne céderont jamais aux agitations de ces groupuscules croyez moi. Le fameux dossier des biens mal acquis est vraisemblablement une pièce de théâtre, pour ne pas dire une arnaque, dont l’objectif principal est de créer une frustration entre les deux pays, sur le plan diplomatique. Nous refusons d’attribuer une place importante au chantage de Sherpa et Transparency international. Ils n’ont aucune leçon de moral à nous donner. Nous comptons sur la France, pays qui a de bonnes relations avec les pays africains, pour ne pas céder également à toutes ces provocations infantiles. A ce sujet, nous sommes réconfortés dans notre par le verdict rendu par la Cour Internationale de Justice (CIJ), qui a reconnu le caractère diplomatique de notre immeuble (42 avenue Fosch), qui était présenté comme un trophée par ceux qui nous ont toujours combattu. C’est un échec et un aveu, que la justice internationale a infligé à ces ONG. Mieux, une véritable leçon diplomatique qu’on a inculquée à Sherpa et Transparency. Pour revenir à votre question, je vous indique que nos deux Etats n’ont aucun contentieux diplomatique, ni économique.

La France est un de nos partenaires privilégiés et nous avons des liens intéressants, n’en déplaise aux soi-disant associations qui veulent semer la zizanie. Il sied de rappeler que les entreprises françaises installées en Guinée Equatoriale, ont eu des contrats de diverses natures. Un seul chiffre peut illustrer mes propos dans ce cadre, car ces entreprises ont obtenu 1 milliard 400 mille euros dans ces dernières années. Certaines entreprises françaises ont le monopole dans de nombreux secteurs économiques dans notre pays, au rang desquelles figurent Orange, Bouygues, Sogea, Ibis hôtel, groupe Sofitel, Total,Razel et bien d’autres. Sans oublier bien entendu, la compagnie Air France qui dessert Paris-Malabo plus que certaines capitales africaines. La présence des sociétés française établies en Guinée Equatoriale prouve déjà l’état et la qualité indiscutable de nos relations. Et la cabale juridico médiatique montée par Sherpa et ses alliés n’aura aucun effet sur nos liens, ni d’ailleurs sur la vision de nos dirigeants. Cette analyse est aussi valable à mon humble avis pour d’autres pays comme le Gabon et le Congo-Brazzaville, qui sont concernés également par ce fameux dossier appelé abusivement « Biens Mal Acquis ». Je dénonce le comportement de certains groupes, qui tiennent mordicus à déstabiliser la Guinée Equatoriale. On s’étonne qu’au nom de cette fameuse éthique que ces ONG mettent en avant, qu’il n’y ait que des pays africains comme par hasard, qui soient mis au banc des accusés. Pourtant des palaces parisiens et autres biens sont rachetés en France par des citoyens originaires d’autres régions du monde. Y a-t-il là, une justice à la carte ? Allez y comprendre. Cela traduit la mauvaise foi et surtout le caractère pernicieux des sentiments qui anime ceux qui nous salissent fréquemment au nom d’une certaine morale.

Nous nous demandons s’ils ont vraiment mandat et la qualité de parler en lieux et place des africains. Surement non ! Les équato-guinéens tout comme les autres populations africaines, sont éveillés et matures. L’Afrique a trop souffert et n’est plus dupe pour théorie qui s’apparenterait à une pratique moyenâgeuse de triste mémoire, que toute l’humanité n’est pas prête d’oublier.

La Guinée Equatoriale est prise en exemple pour de nombreuses initiatives prises en faveur des jeunes des femmes et même des personnalités étrangères comme l’instauration du prix Unesco Obiang, destiné à récompenser les chercheurs méritants. Qu’en pensez-vous ?


Cette situation est conforme à la vision et à la volonté manifeste de l’Etat SEM Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, qui a toujours soutenu qu’il vaut mieux un peuple cultivé qu’un peuple riche. Pour lui, la jeunesse et les femmes sont sacrées. Ces deux couches de la population constituent le socle de l’équilibre social et familial. C’est un impératif pour nation, d’autant plus qu’il favorise le bien-être de tous. C’est pourquoi le président de la république accorde un intérêt particulier à la mise en place de vastes programmes et des infrastructures adéquates susceptibles d’apporter un plus à ces couches de notre population.

En ce qui concerne particulièrement la jeunesse, le pays compte trois campus universitaires, notamment à Malabo, Bata et la ville d’Oyala ou l’on vient de construire une grande université dotée d’une capacité d’accueil de 5000 étudiants. En plus de cela, nous avons des écoles de métiers, des instituts supérieurs modernes, ainsi que des écoles secondaires, primaires et maternelles à travers tout le pays.

La Guinée Equatoriale est en effet un pays bilingue parce que nous parlons l’espagnol et le français. Et progressivement nous instaurons le portugais dans notre système éducatif. La Guinée Equatoriale est un pays ouvert et solidaire aux autres Etats, car le crédo du Président OBIANG consiste à dire que nos ressources peuvent servir aussi l’humanité, en cas de besoin (catastrophes, accidents etc…). C’est le cas du prix Unesco-Guinée Equatoriale, qui a failli ne pas voir le jour, suite au comportement puéril de ces ONG qui ont voulu empêcher sa création, prétextant qu’il ne servirait à rien. A ce jour, c’est une distinction scientifique unique en son genre et il contribue au rayonnement international de la science. Son importance est capitale parce qu’il est reconnu de notoriété publique. Nous en sommes à sa troisième édition.

Par ailleurs il y a d’autres œuvres ou dons que notre pays a légué aux autres nations et dont on parle peu ou presque pas. Je voudrais souligner ici, la mise en place entre autre d’un Fond Fiduciaire que mon pays a donné à la FAO et destiné à la sécurité alimentaire en Afrique.

Au terme de cet entretien, présentez-vous à nos lecteurs. Qui est son Excellence, M. l’Ambassadeur de Guinée Equatoriale en France. Votre parcours professionnel et quelles sont les grandes lignes de votre mission.

En effet, il est parfois difficile de parler de soi même, mais je me soumets aux exigences de votre noble métier et au respect que nous devons à vos lecteurs. Rien ne me destinait à la diplomatie car j’ai une formation scientifique dans le secteur agro-industriel. Diplômé en chimie, j’ai exercé des fonctions dans le secteur agronomique, depuis mon plus jeune âge, en participant à la mise en place de programmes dans mon pays. J’ai également été enseignant, mais mon expérience professionnelle m’a emmené à travailler avec plusieurs organismes régionaux et internationaux tels que la CEMAC, CEEAC au sein desquels j’ai assumé des fonctions importantes lors de leur mises en place. J’ai eu des fonctions importantes au sein du département d’agriculture et des ressources naturelles pendant 5 ans.

Conformément à ma formation, j’ai travaillé en tant qu’expert à la FAO, ONUDI, BAD et la BADEA dans le cadre de plusieurs projets de développement, sans oublier la Banque mondiale.

Ensuite cette expérience internationale m’a conduit à assumer des fonctions ministérielles dans mon pays. J’ai été ministre de l’agriculture à 32 ans déjà. Et plus tard, ministre d’Etat de la Guinée Equatoriale, chargé des Affaires Etrangères pendant 5 ans. Et également vice Premier Ministre. Dans le même registre, j’ai été élu député, puis sénateur.

Je connais suffisamment l’impact de la diplomatie et de la coopération internationale qui régit les Etats et cela grâce à cette modeste expérience. La logique de confrontation qui est mise en place par les acteurs des ONG et associations nuisibles aux Etats, peut nous conduire dans une impasse diplomatique, si l’on se laissait berner par leurs discours belliqueux. Heureusement que la France et la Guinée Equatoriale mon pays auquel je rends hommage, ont tout à gagner en ignorant leur attitude. Nous devons tourner la page et nous consacrer à l’essentiel.

LAOTRAVOZ.INFO
Rédigé le Vendredi 30 Décembre 2016 à 00:00 | Lu 455 fois

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Diaspora Equato Guinéenne | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos






En visite en Ouganda, le Président Obiang Nguema Mbasogo regrette Kadhafi et prône la solidarité africaine

LAOTRAVOZ.INFO - 28/04/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 463 fois |

Le Président Theodoro Obiang Nguema Mbasogo promet son soutien aux institutions de la RDC

LAOTRAVOZ.INFO - 18/04/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 447 fois |

Lutte contre la criminalité en Guinée Equatoriale : Le gouvernement tape du poing sur sur la table et reste indulgent face aux cas de légitime défense !!!

LAOTRAVOZ.INFO - 10/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 355 fois |

La tournée de la vérité, de la paix et de la tolérance est belle et bien en marche

LAOTRAVOZ.INFO - 08/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 329 fois |

Réponse de LAOTRAVOZ au blog El CONFIDENCIAL suite à une analyse boiteuse des propos dont le Président Obiang Nguema Mbasogo serait l'auteur ...

LAOTRAVOZ.INFO - 07/03/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 335 fois |

Djibloho sur tous les bons coups

LAOTRAVOZ.INFO - 27/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 340 fois |

Lutte contre la délinquance en Guinée Équatoriale : Le Président préoccupé reçoit en audience ses plus proches collaborateurs

LAOTRAVOZ.INFO - 13/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 342 fois |

Le transfert de la capitale administrative Malabo vers une toute autre ville : Djibloho, une révolution urbanistique, économique et politique importante...

- 11/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 391 fois |

Un séjour discret , hospitalier et significatif de Yaya Jammeh en terre Equato - Guinéenne , qui reflète la grandeur d'âme de Téodoro Obiang Nguema Mbasogo à l'égard de son hôte ...

- 09/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 394 fois |

Africa Postnews : Lorsque la journaliste Gabonaise Valérie Aleksandrowics opte pour la voie du mensonge en parlant de la Guinée Equatoriale , quelle crédibilité peut t-on accorder à un tel site d'information ?

LAOTRAVOZ.INFO - 03/02/2017 - 0 Commentaire| Vu (s) 424 fois |