Connectez-vous S'inscrire
Laotravoz.info : guinée équatoriale, guinea écuatorial,  actualité en guinée équatoriale, guinée équatoriale malabo, guinée équatoriale bata, nouvelle guinée équatoriale, news guinée équatoriale
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Congo-Brazzaville: François Hollande reconnait le hold-up électoral de Sassou-Nguesso





«…La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. », Article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Le 20 mars 2016 dernier, le peuple congolais s’est exprimé, et deux candidats ont été propulsés au deuxième tour, il s’agit de Parfait KOLELAS et de Jean-Marie Michel MOKOKO.

Quant au dictateur Sassou-Nguesso, Monsieur 8%, il a été éliminé dès le premier tour avec 8% des voix. Il s’agit là de deux faits politiques essentiels pour ne pas reconnaitre son hold-up électoral par le club que constituent les membres de la communauté internationale. Au Congo « la vérité n’est pas forcément dans la réalité, et la réalité n’est peut-être pas la seule vérité ».

En effet, depuis son hold-up électoral, Monsieur 8% mène à coup des valises d’argent, une campagne diplomatique pour obtenir le plus grand nombre possible de reconnaissance de sa victoire. Il veut transformer le silence de la France en approbation en nommant un nouvel ambassadeur. Si la France accepte ADADA nommé par l’usurpateur du 20 mars, c’est une reconnaissance de juste, définitive, plénière et irrévocable du hold-up électorale de Sassou-Nguesso, qu’elle fera.

Voilà pourquoi, sans la bonne foi de la communauté internationale (de la France dans le cas du Congo-Brazzaville) qui permet d’assurer une sécurité juridique minimale dans les relations internationales avec ses anciennes colonies, il n’y aura pas d’exécution consciencieuse des obligations internationale, il n’y aura pas d’usage raisonnable des droits reconnus par l’ensemble des règles juridiques internationales par les dictateurs Sassou-Nguesso.

Parce que, le principe de solidarité jouant entre les États membres de la communauté internationale, donne aux pays le plus démocratiques, l’obligation de fournir aide et assistance au peuple congolais écrasé par le dictateur Sassou-Nguesso avec le droit d’ingérence humanitaire, le droit d’ingérence immatérielle, le droit d’ingérence démocratique. La responsabilité pénale internationale de Sassou-Nguesso devrait être engagée par la France.

Mais, le silence de la France est plus ou moins interprété comme étant une reconnaissance du hold-up électoral. La tendance a désigné les Bakongo comme ennemi date d’ailleurs de la période coloniale. La violence est alors devenue un moyen pour les Congolais issus de la colonisation d’assouvir leurs désirs politiques, économiques et sociaux ; et les populations locales sont aperçues par eux comme une menace.

Dès lors, le recours à la violence par Sassou-Nguesso, n’est pas un acte gratuit, elle a pour effet recherché de porter atteinte à l’autonomie de décision du peuple congolais. Traumatiser le peuple congolais par la peur est le salaire de cette violence. Les attaques armées dans les quartiers sud de Brazzaville, les bombardements dans le Pool et l’arrestation arbitraire de Jean-Marie Michel MOKOKO n’ont jamais rencontré une désapprobation de François Hollande. Le silence diplomatique et l’appel au dialogue avec l’opposition de la France sont interprétés comme une reconnaissance du hold-up de Sassou-Nguesso d’où la colère des Congolais.

Pour terminer, la reconnaissance du nouvel ambassadeur de Sassou-Nguesso en France est une faillite à la thèse « la France pays des droits de l’homme » qui privilégie la légitimité populaire et le respect des valeurs communes partagées par les acteurs de la vie internationale. Si la France accepte ADADA nommé par l’usurpateur du 20 mars, c’est une reconnaissance de juste, définitive, plénière et irrévocable de son hold-up électorale qu’elle fera.

MEDIAPART
Vendredi 15 Juillet 2016

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Tribune Libre | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC | Analyse | Eco Afrique | Annonces | Environnement | Agriculture | Société Africaine | Bon à savoir plus | Africulture CEMAC | Culture Internationale | Histoire Internationale | Flash Info Inter | Rédaction du site | Mis au Point








La télévision publique de Guinée équatoriale TVGE reprend ses émissions par le satellite Astra 4A

- 12/09/2020 - 0 Commentaire|

Virus: la Guinée équatoriale poursuit son déconfinement

- 07/08/2020 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : Plus de 200 citoyens vietnamiens rapatriés

- 30/07/2020 - 0 Commentaire|

Guinée - Équatoriale: Les sujets brûlants passés au peigne fin par la FEGUIFOOT

- 27/07/2020 - 0 Commentaire|

La Guinée équatoriale et la Turquie renforcent leurs relations avec l’ouverture de l’ambassade turque à Malabo

- 25/07/2020 - 0 Commentaire|

Réponse à Africa Intelligence suite à sa publication ce jeudi 23 juillet d'un article sur la famille Obiang

- 23/07/2020 - 0 Commentaire|

Réunion du Comité économique et financier national de la Guinée équatoriale avec les autorités du BEAC

- 22/07/2020 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : Le vice-président annonce l’acquisition de Remdesivir pour les patients atteints de COVID-19

- 12/07/2020 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale / Covid-19 : les autorités annoncent l’assouplissement du confinement

- 14/06/2020 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : Le FMI en mission de formation sur la dette publique

- 16/05/2020 - 0 Commentaire|