Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

FrançAfrique: les candidats à la primaire de la droite française dévoilent leurs vision de ce que doivent être les rapports entre la France et l'Afrique.





  FrançAfrique: les candidats à la primaire de la droite française dévoilent leurs vision de ce que doivent être les rapports entre la France et l'Afrique.
Le vendredi 7 octobre dernier, les sept (7) candidats à la primaire du parti de la droite française étaient reçus les uns après les autres, sur les ondes de Radio France Internationale. Et en marge des sujets de politique intérieure française, il a s'agit aussi de politique étrangère en générale et africaine en particulier.

De ces entretiens tour à tour, il ressort en gros les mêmes expressions; égal à égal, partenariat, investissement..., en ce qui concerne le domaine économique. Il faudrait selon eux, redynamiser les relations économiques entre l'Afrique et la France, relations qui auraient visiblement connu un certain affaiblissement :‹‹ On a des intérêts économiques qui sont réciproques, on a des liens qui sont très forts. Et pourtant ce sont les chinois, les indiens, les brésiliens qui investissent en Afrique.››, J. F Copé. ‹‹la France est en train de passer à côté de certaines opportunités en Afrique. L’Afrique, c’est notre frontière », détaille la candidate Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mais dès qu'il s'agit de politique politicienne, les avis divergent et les positions sont pratiquement singulières.

Certains comme N. Sarkozy, François Fillon, Jean François Copé, et Alain Juppé se défendent presque qu'il y ait vraiment jamais eu une françafrique en tant que tel, ‹‹Les choix politiques africains se font en Afrique, pas à Paris...››, Alain Juppé.

Mais les autres, Bruno Le Maire et Jean-Frédéric Poisson, souhaitent y mettre fin et se concentrer sur une politique ‹‹égal à égal›› avec le continent africain.

Le terme Françafrique utilisé pour dénoncer l'action néocoloniale prêtée à la France en Afrique, serait-il en train de perdre en envergure? Ou s'agit-il simplement d'une réadaptation contextuelle de la pratique voulue par les potentiels nouveaux dirigeants de l'Etat français? Rien n'est moins sûr, d'autant plus que la France, réputée pour sa politique de l'autruche, s'est déjà par le passé et encore récemment illustrée par sa propension à l'ingérence en Afrique.

Les leaders français n'ont eu de cesse de clamer que leur relation avec le continent noir sont purement amicale et ne revêtent que des intérêts communs de nos jours. Pourtant les exemples de la Lybie, de la Côte d'Ivoire et du Gabon, ne manquent pas de fraîcheur dans la conscience collective africaine.

Un discours français dont la redondance assourdissante a lassé plus d'un, n'a guerre changé. Le système politique à l'endroit du continent non plus, biens que les pions utilisés dans ce dispositifs , semblent vouloir se détacher de la nébuleuse Françafrique, qui est désormais pour eux, un fardeau lourd et encombrant, encore plus lorsque l'on brigue la présidence d'un des plus grands Etats Colonisateurs. Pas sûr que les africains croient à ce bobard de plus.

Il est au demeurant vrai, que la barrière est infime entre le fait de porter secours à un Etat "ami" en situation de crise et celui d'exercer un pouvoir que l'on sait ou croit avoir sur cet Etat, fusse t-il africain ou pas, avec pour fin de faire avancer les choses dans le sens qui nous arrange. En langage diplomatique, cela s'appelle de l'ingérence. Et à ce sujet, Nicolas Sarkozy déclarait sur RFI:‹‹nous sommes toujours dans la situation où, si on commente une élection on est des donneurs de leçons du passé post colonial, si on ne commente pas, on est complice d'une élection qui ne s'est pas bien passée...››.

Le véritable questionnement ne serait il pas de savoir, quel est le poids du passé colonial sur l'Afrique d'aujourd'hui? Comment l'Afrique doit elle s'en départir et comment la France et l'occident doivent ils aider cette Afrique? Mais ces questions, seul le temps pourra certainement y répondre.

ZOGO LAROMA

LAOTRAVOZ.INFO
Lundi 10 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Diaspora Equato Guinéenne | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC | Analyse | Eco Afrique | Annonces






Guinée Equatoriale : Les élections municipales, sénatoriales et législatives, validées par la communauté Internationale

LAOTRAVOZ.INFO - 05/12/2017 - 0 Commentaire|

Flash Info - Guinée Equatoriale : Visite d’Ali Bongo Ondimba à Malabo

LAOTRAVOZ.INFO - 01/12/2017 - 0 Commentaire|

Message du président de la République à l'occasion de la Journée de l'indépendance nationale

LAOTRAVOZ.INFO - 13/10/2017 - 0 Commentaire|

FETE DE L'INDEPENDANCE DE LA GUINEE EQUATORIALE

LAOTRAVOZ.INFO - 12/10/2017 - 0 Commentaire|

Le discours de son excellence Obiang Nguema Mbasogo à la 72ème Assemblée Générale de l'ONU a reçu un écho favorable dans le monde !!

LAOTRAVOZ.INFO - 09/10/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Le barrage de Sendje (200MW) pourrait être livré dans moins de trois ans selon le constructeur Ukrainien

LAOTRAVOZ.INFO - 03/10/2017 - 0 Commentaire|

INTERVIEW du Président de la République de Guinée Equatoriale à East West Communications

LAOTRAVOZ.INFO - 01/10/2017 - 0 Commentaire|

ONU : Allocution de Son Excellence Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Président de la République de Guinée équatoriale

LAOTRAVOZ.INFO - 26/09/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Fin de la mission du Président de la République, à New York

LAOTRAVOZ.INFO - 25/09/2017 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Le Président Obiang Nguema Mbasogo présent au 72ème Assemblée Générale des Nations Unies

LAOTRAVOZ.INFO - 18/09/2017 - 0 Commentaire|