Connectez-vous S'inscrire
Laotravoz.info : guinée équatoriale, guinea écuatorial,  actualité en guinée équatoriale, guinée équatoriale malabo, guinée équatoriale bata, nouvelle guinée équatoriale, news guinée équatoriale
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Guinée équatoriale présidentielle 2022 : Quand la démocratie fonctionne, chaque candidat présente librement et publiquement son programme électoral



LE CANDIDAT A LA PRESIDENTIELLE DU 20 NOVEMBRE PROCHAIN ANDRÉS ESONO ONDO A PRÉSENTÉ SON PROGRAMME ÉLECTORAL



La présentation a eu lieu ce lundi 31 octobre, dans un centre commercial de Malabo, devant les médias et le corps diplomatique composé de représentants des ambassades de l'Union européenne à Malabo, la plupart des candidats présentés par le parti aux élections législatives et municipales étaient présents.

Le même acte aura lieu à Bata ce mardi 2 novembre, un jour avant l'ouverture officielle de la campagne électorale.

Face à l'engouement des militants et candidats du CPDS, Esono a rendu compte des grandes lignes du Programme électoral de son parti, dans lequel se distingue la promesse d'un programme de 12 000 bourses annuelles pour les étudiants du primaire, du secondaire, de la formation professionnelle et de l'université avec un dotation de 14 500 millions de FCFA.

Voici le discours complet du candidat CPDS :

Chers représentants des missions diplomatiques,

Chers représentants des organisations de la société civile et des médias ici présents.

Nous sommes réunis ici aujourd'hui par un événement politique qui n'est pas habituel dans notre pays, c'est qu'un parti politique, ou un candidat aux élections présidentielles, présente publiquement son programme électoral.

Et nous le faisons pour que les gens sachent que le CPDS a un programme politique et gouvernemental. Le CPDS a des solutions que, si nous recevons le soutien majoritaire des citoyens, nous pourrons appliquer pour mettre fin à la situation d'oppression, de discrimination, de corruption et de misère subie par la grande majorité du peuple équato-guinéen. C'est une situation qui s'est aggravée au fil des ans au point de susciter l'indignation généralisée parmi les citoyens de notre pays.

Nous savons tous très bien à quel point le gouvernement et le régime du Parti démocratique de Guinée équatoriale et son éternel candidat ont mal agi.

Dans trois jours commencera la campagne pour ces élections présidentielles, législatives et municipales, auxquelles nous adhérons avec la devise CPDS, LA SOLUTION. C'est pourquoi nous allons profiter de cet acte, non pas pour critiquer le gouvernement et le parti qui le soutient, mais pour proposer des solutions, pour dire au peuple de Guinée équatoriale ce que nous proposons pour sortir le pays du gouffre dans lequel il se retrouve.

Nous présentons un programme électoral de changement pour renverser complètement la situation dans le pays. Ce que je vais vous lire est un résumé du programme électoral, une sélection des propositions les plus importantes qui, selon nous, doivent être lancées de toute urgence. Le programme complet peut être lu sur le site Web de notre parti, qui est www.cpdsge.org.

Le Programme est structuré autour de trois axes fondamentaux : Promotion du processus de démocratisation, Réformes politiques et institutionnelles et Politiques publiques, axés sur la lutte contre la corruption, les inégalités et la pauvreté.

Nous voulons donner une impulsion à un processus de démocratisation qui s'est enlisé au cours des trois dernières décennies, pour lequel nous formerons un gouvernement d'union nationale, représenté par toutes les forces politiques de la nation, un petit gouvernement de moins de 25 ministres, dont objectif principal sera la réconciliation nationale, la tenue d'élections libres et la reconstruction du pays.

Nous promulguerons une loi d'amnistie générale et nous lancerons un plan national pour le retour de tous les exilés, réfugiés politiques et autres compatriotes qui, pour diverses raisons, ont été contraints de résider à l'étranger.

Nous favoriserons la convocation d'un Forum consultatif national, au sein duquel toutes les options politiques et tous les secteurs de la société, y compris les représentations ethniques, seront équitablement représentés. Ce forum assistera le Président, le Gouvernement et la Chambre des Représentants dans le processus de la première réforme des lois les plus importantes devant conduire à la convocation d'élections pour une Assemblée constituante.

Notre réforme institutionnelle sera profonde et englobera le Pouvoir Législatif, qui cessera d'être une simple caisse de résonance du Gouvernement, pour devenir un véritable Parlement dont la mission est de faire des lois et de contrôler l'action du Gouvernement.

La réforme du système judiciaire est l'une de nos principales préoccupations. Les juges et les magistrats, dûment formés, cesseront d'être un instrument de la dictature pour punir et réprimer l'opposition politique, en raison de leur dépendance absolue vis-à-vis du pouvoir exécutif, qui en a fait un groupe de fonctionnaires corrompus, incompétents, ignorants de la loi et les exécuteurs de l'insécurité juridique promus des plus hautes instances du Pouvoir Exécutif.

Nous voulons un pouvoir judiciaire indépendant, dans lequel les juges et les magistrats accèdent à leur fonction par un concours public de mérites et sans pouvoir continuer à être librement nommés et révoqués par aucune autorité de l'exécutif ou tout autre pouvoir de l'État. Pour cela, l'administration de la justice se verra attribuer les ressources lui permettant d'exercer correctement sa fonction, en préservant son indépendance, sa dignité et son efficacité. La corruption des juges sera sévèrement punie.

En ce qui concerne le Pouvoir Exécutif, le CPDS souhaite un Gouvernement qui a pour objectifs : de garantir la gouvernabilité du pays, d'atteindre la transparence et l'efficacité dans la gestion et le traitement des affaires publiques, de favoriser le processus de transition politique alors que nous l'ont dit, établir un véritable État de droit en Guinée équatoriale et jeter les bases d'une modernisation et d'un développement socio-économique stable et soutenu du pays.

Nous établirons un système présidentiel, dans lequel le vice-président n'est pas nommé librement par le président, mais plutôt les deux se présentent en tandem pour la candidature (président-vice-président) aux élections et sont élus au suffrage universel direct, nous aurons un Gouvernement réduit et nous établirons avec rigueur l'incompatibilité de la fonction de membre du Gouvernement, avec l'exercice de toute activité commerciale.

Au sein de notre vaste programme de réformes, les Forces armées et la Sûreté de l'État, dans leur mission sacrée de maintien de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale, reposeront sur la professionnalisation, la dépolitisation et la neutralité. Tant du commandement que des troupes, ils ne pourront exprimer publiquement leurs opinions politiques, et ils constitueront un catalyseur dans l'intégration des citoyens, rassemblant toutes les composantes de la Nation et intégrant en son sein les membres de toutes les ethnies. .

En matière de politique étrangère, mon gouvernement favorisera et renforcera les relations de bon voisinage avec les pays voisins, contribuant à rendre effective l'intégration régionale formelle et à devenir un instrument de développement et de promotion des droits sociaux et politiques. Le CPDS estime qu'il est temps d'impliquer les citoyens dans la construction des institutions communautaires qui les représentent dans la sous-région, à travers l'élection au suffrage universel du Parlement de la CEMAC.

Nous renforcerons et privilégierons les relations avec les pays africains attachés à la démocratie et au respect des droits de l'homme, et nous soutiendrons le renforcement d'unions régionales ou sous-régionales en matière de démocratie et de bonne gouvernance, dans lesquelles le noyau de l'union sera constitué par les pays qui ont atteint des niveaux équivalents en termes de respect des droits humains, politiques, économiques et sociaux. Les autres s'y ajouteraient, car ils répondaient aux critères de convergence.

De ce qui précède, il ressort que le CPDS prône une Union africaine de pays libres, démocratiques et respectueux des droits de l'homme.

Nous réactiverons et privilégierons les relations diplomatiques et de coopération avec l'Espagne, la France, l'Allemagne, le Portugal, les États-Unis, sur la base des principes d'égalité et de respect mutuel, et entreprendrons une politique active de rapprochement, de fraternité et de coopération avec les pays d'Ibéro- Amérique, ainsi que l'intégration de la Guinée équatoriale dans l'Organisation des pays ibéro-américains.

Nous répondrons aux critères et exigences nécessaires à la participation pleine et active de la Guinée équatoriale à la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), et nous renforcerons notre présence et notre participation au sein de l'ONU, en améliorant les relations de coopération multilatérale avec le PNUD et d'autres organisations spécialisées organisations de l'Organisation des Nations Unies.

En ce qui concerne les différends territoriaux avec nos pays voisins, mon gouvernement exigera le respect de l'intangibilité des frontières de la Guinée équatoriale héritée du système colonial, avec un accent particulier sur le respect de la souveraineté territoriale de la Guinée équatoriale sur l'île de Mbañé.

Nous soutiendrons la mise en place des tribunaux pénaux internationaux en tant qu'élément important pour mettre fin à l'impunité de ceux qui commettent systématiquement des crimes contre l'humanité et en tant que moyen de dissuasion pour les auteurs de violations systématiques des droits de l'homme, et nous ratifierons les conventions et traités internationaux actuellement en vigueur la question et, en particulier, le Statut de la Cour pénale internationale.

(ÉCONOMIE)

Comment pourrait-il en être autrement, l'Economie sera l'une des priorités de mon Gouvernement.

Nous préconisons une politique économique pour le développement durable de la société, avec une nouvelle politique économique capable de renforcer la capacité de gestion économique, d'assainir les finances publiques et de jeter les bases nécessaires à la relance économique, au profit de chacun des citoyens de l'Equatoriale. Guinée. Tout cela dans un contexte de sécurité juridique et de lutte contre la corruption.

Nous veillerons à ce que le ministère de l'Économie et des Finances assume la responsabilité d'établir les orientations et d'exécuter la politique économique du gouvernement, et nous réviserons la loi sur les investissements étrangers, en approfondissant les aspects liés à la garantie, à la protection et à la sécurité de l'investisseur, dans le fiscalité incitative et dans la stricte application de cette norme légale.

Nous promulguerons la loi générale sur le commerce pour réglementer l'activité commerciale, et nous pénaliserons tous les types de monopoles, en fait et en droit.

Nous doterons la Cour des Comptes de la République des moyens et pouvoirs pour fonctionner comme un véritable organe de contrôle de l'utilisation des dépenses publiques et pour vérifier le vrai respect de l'exécution réelle du Budget Général de l'Etat.

(LA DIVERSIFICATION DE L'ÉCONOMIE)

L'économie de notre pays doit se diversifier et cesser de dépendre des hydrocarbures. Le gouvernement CPDS mènera une politique de revitalisation des secteurs économiques du pays par des politiques fiscales, d'investissement et de crédit, pour créer les bases d'une économie nationale qui ne dépende pas exclusivement du pétrole ou de l'aide internationale, et garantira que les Guinéens soient les protagonistes de leur développement économique, en promouvant, en soutenant et en facilitant la création d'organisations et d'activités productives de petites et moyennes entreprises et d'entrepreneurs et/ou de travailleurs indépendants.

Pour la diversification de l'économie, le gouvernement du CPDS favorisera la création du Fonds de garantie de l'État, doté de ressources importantes, pour garantir et garantir les besoins de financement des initiatives productives privées avant les entités et organismes financiers nationaux et étrangers.

La Banque de Crédit et de Développement sera créée, dotée de lignes de crédit spécialisées pour les Petites et Moyennes Entreprises et Entrepreneurs et/ou Travailleurs Indépendants des sous-secteurs de l'artisanat, de la construction, de la transformation, de l'assemblage, des services, etc., mais surtout de l'agriculture, de l'élevage. et la pêche.

Nous promouvrons et soutiendrons les Etablissements de Crédit à Caractère Particulier, ou Etablissements de Microfinance, dans le cadre de la dynamisation et de la diversification spécialisée du secteur financier, et la promotion de la politique de microcrédit à travers les coopératives de crédit, les caisses d'épargne et les mutuelles, Nous promouvrons l'économie sociale , centré sur les coopératives, et nous régulariserons les activités de l'économie productive informelle, essentiellement dans les secteurs agricole, de la pêche et du commerce.

Nous fournirons des facilités pour les investissements étrangers qui contribuent à dynamiser les secteurs autres que l'industrie pétrolière.

Nous favoriserons et promouvrons le processus d'industrialisation basé sur la transformation des matières premières issues de l'extraction et/ou de la production nationale pour approvisionner les marchés nationaux et étrangers, en particulier au niveau régional et, en général, le marché international.

(TRANSPARENCE ET LUTTE CONTRE LA CORRUPTION)

La transparence et la lutte contre la corruption seront l'un des axes fondamentaux de la relance de notre économie. La corruption représente, aujourd'hui, l'un des plus grands fléaux et le principal obstacle au développement économique et à la démocratisation de notre pays. Il est urgent d'entreprendre une lutte sans relâche contre la corruption dans toute son extension et ses manifestations, pour laquelle le gouvernement CPDS favorisera, avec une volonté politique, la mise en œuvre ferme en Guinée équatoriale de procédures de contrôle de gestion internationalement acceptées et validées, de l'Initiative pour la Transparence dans les industries extractives (ITIE/ITIE), pour parvenir à la transparence et à la responsabilité dans la gestion publique des ressources nationales.

Nous éliminerons les entreprises publiques créées pour assurer les fonctions qui correspondent aux différents Ministères, qui favorisent le clientélisme politique, comme c'est le cas de GE-PROYECOS, ou la suppression des subventions aux décorés.

Nous allons supprimer le chiffre de l'ORGANISATEUR NATIONAL DE PAIEMENT.

Nous réformerons le Code pénal et la Loi anti-corruption pour poursuivre et punir sévèrement les détournements de fonds publics, ainsi que les crimes liés à la discrimination et au trafic d'influence, à la corruption, à la prévarication et à l'enrichissement illicite.

Nous créerons un corps spécial de fonctionnaires de l'État, chargé de contrôler, d'enquêter, de dénoncer, de signaler et d'évaluer les pratiques de corruption dans toutes les instances du pouvoir et de l'administration publique.

Nous établirons par la loi l'obligation de déclarer au début de l'exercice de leurs fonctions et/ou à tout autre moment où elles sont requises, aux membres du Gouvernement et autres pouvoirs de l'Etat, ainsi qu'aux hauts fonctionnaires de l'Administration et les hauts responsables des Armées et des Forces de Sécurité, l'état de leurs avoirs ainsi que leurs sources de revenus.

Nous réformerons la loi fiscale afin que le système fiscal soit efficace, équitable et redistributif, et nous augmenterons les allocations budgétaires aux secteurs social, de la santé et de l'éducation pour répondre aux besoins les plus urgents à l'échelle nationale.

(LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ)

En tant que progressistes que nous sommes, le gouvernement CPDS ne permettra à personne, absolument personne, d'être abandonné à son sort dans la misère, alors qu'un petit groupe d'individus s'empare des ressources de l'Etat. C'est pourquoi la lutte contre la pauvreté et les inégalités sera l'une de nos tâches principales et urgentes.

L'une des mesures de redistribution de la richesse nationale sera l'incorporation, dans la réforme de la loi fiscale, de la création d'un impôt spécial sur les propriétés acquises en raison des privilèges dérivés de la structure du pouvoir dictatorial pour financer la formation aux activités productives et organisations de l'économie sociale.

Nous favoriserons l'autosuffisance et la sécurité alimentaire en soutenant les initiatives qui contribuent au développement du secteur primaire dans toutes les villes et villages du territoire national, en investissant dans l'organisation et les techniques de production, dans la mise en place de circuits de commercialisation, dans une politique stimulante des subventions, dans la promotion des coopératives et autres modalités associatives dans la production, la distribution et la commercialisation des produits de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche.

Nous instituerons l'accumulation de pensions non contributives à vie, avec une obligation rigoureuse de paiement mensuel pour mettre fin à la situation de misère dans laquelle se trouve la grande majorité des personnes âgées de notre société.

4. Pour protéger les personnes qui, pour des raisons indépendantes de leur volonté, ne peuvent pas gagner leur vie, un Revenu Minimum Vital sera créé pour soutenir les personnes faibles et défavorisées afin qu'elles ne soient pas exclues des bénéfices de la croissance économique générée.

(AGRICULTURE, ELEVAGE ET PÊCHE)

Dans la mise en œuvre des politiques de promotion de la diversification de l'économie et de lutte contre la pauvreté, l'agriculture, l'élevage et la pêche seront une priorité pour notre gouvernement.

Miser sur un secteur agricole et halieutique fort, avec une production animale en adéquation avec les besoins de consommation du pays, la fertilité de ses sols et la richesse de ses eaux maritimes, est source de progrès économique, de bien-être social, de sécurité alimentaire et d'équilibre démographique entre les la campagne et la ville.

Par conséquent, mon gouvernement soutiendra le travail du petit producteur agricole rural, en améliorant la performance de son travail, par la création d'exploitations agricoles permanentes, la formation aux techniques de fertilisation, et en garantissant et rationalisant la commercialisation des produits, en encourageant la création de coopératives .

Nous allons promouvoir et soutenir le travail des petits éleveurs ruraux en créant le service d'assistance vétérinaire et en les enseignant aux techniques adaptées pour le soin des espèces indigènes.

Nous ferons de même pour l'artisan pêcheur, en promouvant la pisciculture avec des espèces indigènes des rivières de la Guinée équatoriale.

Nous allons promouvoir et soutenir la relance de la culture du café et du cacao, nos produits agricoles d'exportation traditionnels, avec une politique efficace de subventions, de gestion des achats d'intrants et de commercialisation, ainsi qu'en encourageant leur transformation en Guinée équatoriale.

Et dans le but de créer un système financier rural qui facilite l'accès au crédit pour les agriculteurs et autres travailleurs et entrepreneurs du secteur rural, nous créerons la Banque de crédit agricole.

(POLITIQUE SOCIALE)

Toutes les mesures proposées doivent être accompagnées de politiques sociales visant à améliorer la vie des gens, à résoudre leurs problèmes, ce que les gouvernements doivent faire.

Toute personne souhaite exercer une activité qui lui procure des ressources pour couvrir ses besoins ; c'est-à-dire que chaque citoyen doit avoir un emploi décent. Pour cette raison, le gouvernement CPDS va introduire des changements dans la législation du travail et des syndicats pour permettre aux citoyens d'avoir des emplois sûrs, avec un contrat, et de s'organiser en syndicats pour défendre leurs intérêts et leurs droits.

Nous formulerons une politique nationale de l'emploi, dans laquelle les aspects concernant les problèmes de travail seront pris en compte, avec des mesures spéciales pour protéger les employés, en leur garantissant des conditions d'emploi optimales, y compris des améliorations salariales et la sécurité de l'emploi, entre autres.

Nous allons créer une Agence Nationale de l'Emploi, ainsi qu'un Office National des Statistiques du Travail, afin de connaître l'évolution de l'emploi et ses caractéristiques, ainsi que les possibilités de chaque secteur. Ces statistiques constitueront la base de la formulation et de l'établissement des politiques du travail.

(ÉDUCATION, RECHERCHE, SPORTS, CULTURE ET MÉDIAS)

Aucun pays, aucune société ne peut se développer sans une formation adéquate de ses habitants. L'éducation est l'un des piliers fondamentaux de l'État social, c'est pourquoi le CPDS s'engage pour une éducation publique de qualité dans un modèle de formation permanente tout au long de la vie.

Nous soutiendrons la préparation d'un programme d'enseignement, basé sur les réalités socioculturelles de la Guinée équatoriale, ainsi que sur les exigences de l'évolution économique, politique et technologique internationale, nous entreprendrons un vaste programme de construction d'infrastructures scolaires, pour mettre fin le manque de places scolaires et la surpopulation des centres :

A Malabo et Bata : 6 centres d'éducation infantile-préscolaire et primaire, avec 24 salles de classe chacun ; 3 Centres d'Enseignement Secondaire, avec 20 salles de classe chacun ; 2 Centres de Formation Professionnelle Moyenne et un Centre de Formation Professionnelle Supérieure.

Dans les autres chefs-lieux de district : 2 centres Infantile-Prescolaire et Primaire de 24 salles de classe chacun ; 1 centre d'enseignement secondaire, avec 20 salles de classe ; 1 Centre de Formation Professionnelle Moyenne.

Dans chaque conseil de village comptant plus de 10 enfants d'âge scolaire, nous construirons une école avec les niveaux primaire et préscolaire, en y intégrant un service de garderie.

Nous construirons au moins une crèche publique dans tous les sièges municipaux.

Si nous atteignons le gouvernement de la nation, nous fournirons à toutes les écoles des manuels et autres matériels pédagogiques, des bibliothèques, des ateliers et des laboratoires dont ils ont besoin pour compléter leur formation. Nous fournirons aux centres les enseignants nécessaires et augmenterons substantiellement leurs salaires. Nous nommerons automatiquement ceux qui ont terminé leurs études dans des instituts de formation des enseignants ou des universités, et nous établirons clairement les niveaux pour lesquels ils sont qualifiés pour enseigner.

Nous investirons dans l'amélioration de la formation du personnel enseignant. Adopter des mesures pour favoriser le retour des professionnels existants dans la diaspora dans le cadre de l'amnistie générale et du plan de retour des exilés proposé par le CPDS.

Nous garantirons l'accès de chacun à une éducation de base solide, en veillant à ce que l'enseignement soit gratuit aux niveaux primaire et secondaire. Nous travaillerons pour garantir l'accès gratuit à l'éducation pour tous les enfants, en subventionnant les frais d'inscription pour les enfants qui fréquentent des centres privés (dont les prix seront approuvés et arrangés).

Nous garantirons également l'accès de tous les enfants à une école, par la mise en place d'un système de transport scolaire, en coordination avec les Mairies, et nous mettrons en place des bourses pour les élèves qui en ont besoin. Chaque enfant recevra une bourse de 250 000 FCFA par an pour les fournitures scolaires et la cantine. Avec 1 000 millions, il sera possible d'aider plus de 4 000 enfants dans l'enseignement primaire, un chiffre équivalent aux primes perçues par les fonctionnaires du Trésor.

De plus, au secondaire, l'aide sera comprise entre 250 000 et 400 000 FCFA par an pour plus de 5 000 élèves de ce cycle, un investissement qui atteindra les 1 500 millions que le gouvernement du PDGE alloue pour rémunérer les lauréats.

Pour les études universitaires dans le pays, 2 000 millions de francs CFA seront alloués à raison de 600 000 à 800 000 francs CFA par an et par bourse, pouvant bénéficier à plus de 2 500 étudiants ; Ces 2 milliards peuvent être prélevés, entre autres, sur les 25 milliards qui sont affectés annuellement au président de la République au titre de "dépenses réservées", c'est-à-dire d'argent de poche.

Établir 500 bourses annuelles pour des études professionnelles et universitaires à l'étranger, réparties selon des critères de mérite, de niveau de revenu et d'impartialité. Cela représentera une dépense de moins de 10 000 millions de FCFA.

C'est-à-dire une dépense annuelle de 14 500 millions de FCFA en bourses, subventions et autres incitations aux études qui, si elle est bien gérée, signifierait un renversement total de la situation actuelle d'abandon et de manque d'incitations et d'aides pour nos jeunes étudiants dans les années à venir. 10 ans. .

Nous mettrons en place des programmes d'alphabétisation des adultes et de formation permanente (de base et professionnelle), pour offrir à tous les citoyens la possibilité de se recycler afin de faciliter leur adaptabilité à une société en évolution permanente.

Et nous réformerons l'UNGE pour qu'elle forme des cadres de qualité. Le personnel enseignant sera choisi selon des critères de qualité. L'UNGE se concentrera sur les études liées aux besoins réels du pays. Ses professeurs titulaires devront avoir le titre de Docteur, ou auront l'obligation d'obtenir un doctorat dans un délai raisonnable.

Nous fusionnerons UNGE et AAUCA en une seule université, convertissant le campus de cette dernière à Djibloho en l'un des campus UNGE.

Dans la recherche, nous réformerons le Centre de recherche scientifique et technologique (CICTE), afin qu'il soit le centre de coordination, de programmation et d'évaluation des projets de recherche, avec un personnel techniquement et scientifiquement formé, indépendamment des critères politiques.

(SANTÉ ET SÉCURITÉ SOCIALE)

La santé, avec l'éducation, est l'un des piliers du développement de tout pays dans le monde. C'est pourquoi le CPDS propose, s'il adhère au Gouvernement, d'élaborer un Code de la Santé Publique, de créer les Ordres Officiels des Médecins et des Pharmaciens et de réglementer l'exercice de la Médecine et de la Pharmacie en les dépolitisant.

Nous avons l'intention d'augmenter le budget des dépenses du Ministère de la Santé entre 7 et 10% du Budget Général de l'Etat.

Compte tenu de son importance, il est urgent de redéfinir le fonctionnement global des Soins de Santé Primaires (SSP) comme base de notre système de santé, de restructurer le fonctionnement des hôpitaux, en mettant un accent particulier sur la rationalisation de l'organisation administrative, l'approvisionnement et la gestion des médicaments et consommables médicaux aux hôpitaux. La recherche et l'achat de médicaments et de consommables par la famille d'un patient hospitalisé doivent disparaître.

Il est également urgent d'équiper et de moderniser les installations des 18 hôpitaux du pays, d'établir des programmes de formation des ressources humaines disponibles et d'actualisation permanente de leurs connaissances.

Nous établirons des programmes prioritaires de prévention, de traitement et de recherche pour une plus grande efficacité dans la lutte contre les maladies endémiques telles que le paludisme, la tuberculose, les maladies sexuellement transmissibles et le VIH/sida.

Nous rétablirons la médecine scolaire, afin que nos élèves puissent recevoir les premiers soins médicaux en cas d'urgence survenant pendant les heures de classe.

Nous fournirons à tous les hôpitaux les services d'ambulance correspondants, suffisants pour les transferts tant des hôpitaux de district vers les hôpitaux provinciaux ou régionaux que des postes et villes de santé vers les hôpitaux de district.

Compte tenu de l'expérience récente de la pandémie de Covid-19, il est urgent de créer un Centre National de Contrôle et d'Alerte des Maladies (CNCAE), de surveillance épidémiologique, animé par des épidémiologistes de compétence reconnue et qui comprendra un Service d'Information Sanitaire (SIS) fiable , ce qui lui permettra de faire face, avec une forte probabilité de succès, aux pandémies et aux crises sanitaires telles que la COVID-19.

Un Centre National de Distribution des Médicaments (CNDM) et des Consommables Médicaux (CNDCM) sera créé.

Compte tenu de l'ampleur croissante de l'alcoolisme dans notre pays, nous allons créer des Centres d'assistance, de traitement et de désintoxication des alcooliques, dans un premier temps avec un centre pilote à Malabo et Bata.

Nous mettrons en place des programmes bilatéraux et multilatéraux de coopération sanitaire avec des pays ayant une bonne organisation sanitaire et des organisations sectorielles éprouvées, pour nous conseiller sur la mise en place d'un système de santé sérieux, efficace et efficient.

(SÉCURITÉ SOCIALE)

Il est incompréhensible et inadmissible qu'au niveau actuel des revenus du pays, le Gouvernement du PDGE n'ait pas été en mesure de garantir, à ce jour, une couverture adéquate des risques sanitaires et sociaux à tous les Guinéens, sans exception. Pour cette raison, le gouvernement CPDS restructurera et renforcera l'Institut de Sécurité Sociale (INSESO), afin qu'il assure une protection sûre et efficace aux travailleurs, notamment dans les aspects de santé, et mettra en place un système de Sécurité Sociale à ambition universelle, conçu pour couvrir non seulement les travailleurs de l'entreprise, mais aussi la population rurale sans revenu et toute la population de la Guinée équatoriale.

(LA FAMILLE)

Dans une situation de pauvreté généralisée, le Gouvernement présidé par le CPDS accordera des subventions aux familles pour le nombre d'enfants dont elles auront à s'occuper, ainsi que des bourses et des aides à la formation desdits enfants, et des allocations seront accordées aux familles nombreuses ou ayant des personnes à charge. .

Nous construirons des internats pour l'accueil des enfants et des jeunes qui sont obligés de se déplacer vers d'autres lieux pour leur formation.

(FEMMES ET ÉGALITÉ HOMMES-FEMMES)

Concernant l'égalité des sexes, pour un parti progressiste comme le CPDS et son candidat, promouvoir la pleine intégration des femmes dans la vie sociale, politique et économique du pays sera l'un des axes fondamentaux de notre action gouvernementale. Nous promouvrons des changements législatifs qui garantissent une égalité effective des droits et des chances entre les hommes et les femmes, en mettant en pratique des politiques qui garantissent et promeuvent la participation des femmes à tous les cycles de formation académique, en établissant, si nécessaire, des politiques de quotas pour l'accès aux bourses et autres aide.

Nous mettrons en œuvre des politiques qui garantissent et favorisent l'accès des femmes à l'emploi et aux postes de responsabilité, en établissant, si nécessaire, une politique de quotas.

Nous mettrons en place des mécanismes juridiques pour tenir coresponsables les parents d'enfants nés avec des filles célibataires d'âge scolaire.

Nous mettrons en œuvre des politiques d'éducation alternative pour les jeunes femmes enceintes d'âge scolaire, afin de faciliter leur intégration dans le système éducatif et après la maternité.

Nous établirons un Code de la famille qui inclura le modèle familial de tous les groupes ethniques de la Guinée équatoriale, avec des stratégies d'égalité dans les foyers.

Nous créerons un Institut de la femme, en tant qu'organisme chargé de promouvoir et de favoriser les conditions qui rendent possible l'égalité sociale pour les deux sexes.

Le CPDS propose un quota de participation des femmes dans les institutions politiques, de 25% pour atteindre progressivement 50%. Sur les 885 candidats présentés par ce parti pour les sénateurs, les représentants et les conseillers dans tout le pays, 220 sont des femmes, ce qui représente 25 % de tous les candidats.

(PERSONNES MAJEURES)

Pour pallier la situation difficile des personnes âgées, le Gouvernement CPDS créera une caisse spéciale de retraite pour les personnes âgées, et construira des résidences pour les personnes âgées qui en ont besoin.

Notre gouvernement procédera à un recensement des personnes handicapées, établira une pension pour les personnes handicapées, en tant que salaire proportionnel à leur degré de difficulté à fonctionner de manière autonome, et créera des centres de formation spéciaux pour leur donner la possibilité d'acquérir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour leur intégration sociale, leur épanouissement et leur autonomie.

(JEUNES)

En plus des mesures que nous avons annoncées dans le domaine de l'Education pour résoudre les problèmes de la jeunesse, pour améliorer la situation des jeunes, le Gouvernement du CPDS favorisera la vie associative chez les jeunes en aidant les jeunes à se regrouper dans diverses initiatives de de type productif, récréatif ou autre qui les amène à exprimer leurs capacités de production sociale.

Nous allons créer et mettre en œuvre des structures pour mener à bien les activités de ces associations sous forme de Camps de Jeunes et de Centres d'Orientation Sociale, Vitale et Professionnelle des Jeunes.

Nous allons créer un Institut des Jeunes.

(DIVERSITÉ SEXUELLE)

Que des personnes aient une orientation sexuelle différente est un droit et une réalité qui ne peuvent et ne doivent pas être cachés dans notre société. Convergence pour la social-démocratie croit fermement à la liberté de l'individu de vivre sa sexualité, pour laquelle, en tant que parti progressiste engagé pour l'égalité et la défense des droits humains, il se battra, depuis les institutions où nous sommes représentés, pour la reconnaissance de diversité sexuelle en Guinée équatoriale, en promouvant des mesures spécifiques visant à lutter contre la discrimination à l'encontre d'individus ou de groupes pour des raisons d'orientation sexuelle.

(LES IMMIGRANTS)

Pour permettre aux immigrés de jouir de tous leurs droits en Guinée équatoriale, notre gouvernement favorisera une immigration légale et ordonnée et encouragera l'adoption de lois qui empêchent tout type de discrimination à l'égard des immigrés et permettent de les traiter comme des sujets de tous les droits de l'homme. .

De même, il rationalisera et simplifiera les processus de régularisation de la résidence des immigrés dans le pays.

(LOGEMENT SOCIAL)

Le gouvernement du CPDS garantira l'accès de tous les habitants à une maison décente, en lançant des initiatives pour soutenir la construction de maisons en coordination avec les mairies, les entités locales et les habitants eux-mêmes.

Nous construirons 200 logements sociaux dans chaque chef de commune qui n'est pas chef d'arrondissement, et 400 dans chaque chef d'arrondissement. Pour Bata et Malabo nous allons revoir et rationaliser une étude des logements existants.

Nous garantirons la restitution de leurs propriétés aux personnes, groupes ou villes qui les ont perdus dans les processus irréguliers d'expropriations illégales et arbitraires menées par le régime actuel, ou, le cas échéant, garantirons la perception d'une indemnisation qui tienne compte de la degats causes.

(ACCÈS À L'EAU POTABLE)

Il sera prioritaire pour le gouvernement du CPDS de mettre en œuvre un programme d'approvisionnement en eau exempte de toute contamination physique, chimique et de micro-organismes nocifs pour la santé, dotant les acteurs correspondants des moyens nécessaires pour organiser et suivre la politique nationale d'accès à l'eau potable. l'eau.

A cet effet, la modernisation du réseau de distribution d'eau de Malabo sera encouragée et la construction du réseau de Bata sera accélérée. Des réseaux d'approvisionnement en eau seront construits dans tous les chefs-lieux de district et de municipalité. L'eau potable sera fournie aux villages par le forage de plusieurs puits profonds (avec l'installation de la pompe correspondante), à ​​raison d'un puits tous les 800 mètres.

Nous allons reconstruire le réseau d'égouts de Malabo, la construction d'un réseau d'égouts à Bata, ainsi que les réseaux d'égouts dans les chefs-lieux d'arrondissements et de communes.

Nous mettrons en place, dans les villes, des systèmes appropriés pour l'évacuation des eaux usées et des eaux usées.

Enfin, nous mettrons en place des systèmes de collecte, de traitement et de recyclage des ordures ménagères urbaines (Malabo, Bata, chefs-lieux de districts), et nous mettrons en place des systèmes adaptés de traitement et de recyclage des ordures ménagères dans les villes et villages.

Chers mesdames et messieurs invités, amis, candidats CPDS aux différentes modalités électorales, militants et sympathisants, voici le programme électoral de notre parti, le programme avec lequel, si nous recevons le soutien majoritaire du peuple, nous voulons et allons changer la Guinée équatoriale, pour que notre pays redevienne le pays de tous les Guinéens, et non de quelques-uns.

Nous sommes sûrs qu'avec le travail, les efforts et la participation de tous les enfants de cette nation, nous pouvons y arriver, car notre vaste expérience en tant que parti dirigeant dans la lutte pour les droits et les libertés du peuple équato-guinéen, notre fermeté, convictions, loyauté et honnêteté, ils nous garantissent. Et parce que nous avons toujours été avec ce peuple qui souffre et nous continuerons à souffrir avec lui pour le remettre sur pied.

Parce que CPDS, Convergence pour la Démocratie Sociale, est LA SOLUTION.

Merci beaucoup.

Source : CPDS/ASODEGUE

Mercredi 2 Novembre 2022

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Tribune Libre | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC | Analyse | Eco Afrique | Annonces | Environnement | Agriculture | Société Africaine | Bon à savoir plus | Africulture CEMAC | Culture Internationale | Histoire Internationale | Flash Info Inter | Rédaction du site | Mis au Point








Guinée équatoriale : Nomination des ministres du nouveau gouvernement

- 03/02/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : inauguration du premier internat militaire d’élite

- 31/01/2023 - 0 Commentaire|

La Guinée équatoriale enregistre une inflation de 4,9% en 2022

- 27/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale : Le Vice-Président de la République nouvellement reconduit prête serment devant le chef de l’État

- 25/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale-Gabon : Obiang Nguema Mbasogo reçoit Ali Bongo Ondimba

- 19/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale/ Gabon : Le président gabonais Ali Bongo en visite en Guinée équatoriale ce mercerdi 18 janvier

- 18/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale/France : Le président Obiang Nguema Mbasogo reçoit l'envoyé spécial du président de la France

- 18/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale/France : Le Président Obiang Nguema Mbasogo reçoit l'Ambassadeur de France au Palais du Peuple de Malabo.

- 11/01/2023 - 0 Commentaire|

Guinée équatoriale/Brésil : Le président Obiang Nguema Mbasogo condamne l'assaut et l'occupation des bâtiments des trois pouvoirs de l'État au Brésil

- 10/01/2023 - 0 Commentaire|

La Guinée équatoriale dément les rumeurs sur la mort du président Obiang Nguema Mbasogo

- 08/01/2023 - 0 Commentaire|