Connectez-vous S'inscrire
Laotravoz.info : guinée équatoriale, guinea écuatorial,  actualité en guinée équatoriale, guinée équatoriale malabo, guinée équatoriale bata, nouvelle guinée équatoriale, news guinée équatoriale
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)



Selon la 1ère partie de ce dossier, parue la semaine passée, l’Afrique est à nouveau devenue un enjeu militaire majeur, cette fois ci, entre puissances occidentales et émergentes. Le continent africain n’avait plus connu pareille concentration de forces militaires étrangères sur son sol depuis la fin de la seconde guerre mondiale puis, par la suite, de la guerre froide.










Lire la première partie du dossier : 09/03/2018 - L’Afrique devient à nouveau un enjeu militaire majeur, cette fois ci, entre puissances occidentales et émergentes



Cette seconde partie présente un panorama aussi complet que possible des présences armées étrangéres sur le sol africain. A noter que ce panorama ne comprend pas les forces de l’ONU constituées en grande partie de forces africaines et non-africaines.



FRANCE

Les forces françaises stationnées à Djibouti

La présence des forces françaises sur le territoire djiboutien est encadrée par le Traité de coopération en matière de défense, signé le 21 décembre 2011 entre la République de Djibouti et la France.

Les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ) constituent le contingent le plus important de forces de présence françaises en Afrique et l’une des deux bases opérationnelles avancées sur ce continent.

Positionnées sur la façade Est de l’Afrique, les FFDJ constituent une plateforme stratégique, opérationnelle et logistique aussi appelée base opérationnelle avancée (BOA). A ce titre, les FFDJ sont en mesure d’accueillir,mais également projeter rapidement des forces, en cas de crise dans la sous-région, vers l’océan Indien ou le Moyen-Orient.

Avec 1450 militaires déployés, les Forces françaises stationnées à Djibouti s’articulent autour de cinq emprises principales centrées sur Djibouti :
• Le 5e régiment interarmes d’outre-mer (5e RIAOM) ;
• Le détachement de l’aviation légère de l’armée de terre (DETALAT) armant 2 hélicoptères Puma et 1 Gazelle ;
• La base aérienne 188 (BA 188) avec ses 4 avions de défense aérienne Mirage 2000-5, 1 avion de transport tactique C160 Transall, 2 hélicoptères Puma ;
• La base navale ;
• Le centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement au désert de Djibouti (CECAD).



Les forces françaises de Côte d’Ivoire

Héritières du régiment colonial, créé en août 1914 sous le nom de 43e régiment d'infanterie coloniale, puis rebaptisé en 1958, 43ème bataillon d’infanterie de marine (BIMA), et par la suite, Force Licorne en 2002, les forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI), créées le 1er janvier 2015, ont pour mission d’assurer un relai opérationnel sur une zone d’intérêt stratégique.

Par leur positionnement géographique, la qualité de leurs infrastructures portuaires et aéroportuaires et les capacités de leurs emprises, les FFCI constituent une plateforme stratégique, opérationnelle et logistique majeure sur la façade ouest-africaine aussi appelée base opérationnelle avancée (BOA).

Avec 900 militaires déployés, les FFCI s’articulent autour de quatre emprises principales, essentiellement centrées sur Abidjan et Toumodi :
• Le camp de Port-Bouët à Abidjan ;
• L’emprise de La Bourgerie sur l’aéroport d’Abidjan ;
• Le détachement d’intervention lagunaire (DIL) à Port-Bouët ;
• Le camp le camp Lieutenant-colonel Saboret à Lomo Nord situé à environ 180 km au nord d’Abidjan ;
• Le complexe de tir de Lomo Nord.





Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)

Eléments français du Gabon

La France déploie des forces armées au Gabon depuis l'indépendance de ce pays en 1960 et conformément aux accords de défense d'août 1960. Répondant aux orientations du livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013, les éléments français au Gabon (EFG) ont remplacé les forces françaises au Gabon (FFG) au 1er septembre 2014.

Avec 350 militaires déployés, les EFG s’articulent autour de deux principales emprises centrées sur Libreville :
• Le camp de Gaulle qui accueille le 6e bataillon d’infanterie de marine (6e BIMa) : principalement tourné vers la coopération opérationnelle régionale, il assure également la protection des emprises des EFG et la maintenance des matériels terrestres ;
• La base aérienne Guy Pidoux qui accueille les éléments Air 470 (EA 470) implantés sur avec un hélicoptère FENNEC : ils assurent l’accueil et le soutien logistique aéronautique au profit des aéronefs militaires en détachement ou de passage ;
• Le Centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger (CAOME).



Les éléments français au Sénégal

Les éléments français au Sénégal (EFS) constituent, à Dakar, un « pôle opérationnel de coopération » (POC) à vocation régionale. Les EFS disposent par ailleurs de la capacité d’accueillir, de soutenir voire de commander une force interarmées projetée. S’inscrivant ainsi dans une posture de prévention, les EFS demeurent un point d’appui matérialisé par l’existence d’un noyau clé de poste de commandement interarmées (PCIA) et d’escales navale et aéronautique.

En tant que force de présence française en Afrique, les EFS ont pour principales missions : d’assurer la défense des intérêts français et la protection de ses ressortissants ; d’appuyer des déploiements opérationnels dans la région ; de contribuer à la coopération opérationnelle régionale.

Avec un effectif de 350 soldats, les EFS sont implantés au quartier « colonel Frédéric Geille » à Ouakam et au quartier « contre-amiral Protet » (port militaire de Dakar). Ils disposent également d’une escale aérienne à l’aéroport militaire de Dakar-Senghor ; et d’une station d’émission haute fréquence de la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI) à Rufisque.



Les éléments français au Tchad

Les éléments français au Tchad (EFT) de la force Épervier se sont établis en février 1986, à la demande de l’État tchadien. Composée d’environ 950 soldats, la force Épervier assure deux missions permanentes :

Elle est en mesure de garantir, si nécessaire, la protection des intérêts français et, tout particulièrement, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

Conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad, elle apporte un soutien logistique (ravitaillement, carburant, transport, formation, médical, renseignement) aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes.

A cet effet, elle se répartit sur :
• La base aérienne « Sergent-chef Adji Kosseï » à N’Djaména,
• Un détachement à Abéché, sur le camp « Capitaine Michel Croci », dans l’Est du pays, 660 km environ de N’Djaména,
• Un détachement à Faya-Largeau, dans le Nord du pays, à environ 780 km de N’Djaména.

A noter par ailleurs que la base « Sergent-chef Adji Kosseï » établie sur environ 80 ha, et adossée à la piste de l'aéroport international de N’Djamena, fait également office de quartier général de la force Barkhane, qui mobilise 4 000 soldats français (répartis sur tout le théâtre d’opération). Un QG qui supervise les actions sur un théâtre d’opération qui couvre le Tchad, le Niger, le Burkina-Faso, la Mauritanie et surtout le Mali.



Burkina Faso

Le pays des hommes intègres abrite une base des forces spéciales françaises faisant partie du dispositif Barkhane. Relavant du Commandement des opérations spéciales (COS), l’effectif de cette garnison, dont la présence se fait d’ailleurs très discrète au Burkina Faso, demeure un secret bien gardé.



Niger

D’après le Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP), la France dispose, à ce jour, de quatre bases militaires au Niger : à Niamey, à Aguelal et Madama, près des frontières algérienne et libyenne, et à Diffa au sud. Toutes ces bases militaires françaises font partie du dispositif Barkhane.

Parmi ces bases, celle de Niamey, avec 500 hommes, fait office de « hub aérien » avec des avions de chasse Mirage 2000, des appareils de transport et des drones.



Mauritanie

Un contingent des forces spéciales françaises est également présent en Mauritanie dans le cadre de l’opération Barkhane. Relavant du Commandement des opérations spéciales (COS), leur effectif n’est pas connu.



Mali

Avec environ 1700 soldats, le Mali accueille le plus gros contingent de militaires de l’opération Barkhane. Ceux-ci sont déployés essentiellement à Gao, avec des détachements sur les bases avancées de Kidal et Tessalit (nord-est). Un détachement est également positionné sur la base militaire aérienne de Bamako, la capitale.


Centrafrique

Avec la fin de l’opération Sangaris, forte d’environ 1200 hommes en octobre 2016, la France a maintenu un contingent d’environ 350 soldats en Centrafrique, dont une unité de drones tactiques (SDTI).

Cet effectif comprend les troupes affectées à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) et la mission de formation de l’Union européenne en République centrafricaine (EUTM-RCA).


Golfe du Guinée

En vue d’assurer la présence permanente d’un bâtiment militaire, au moins, dans le Golfe de Guinée et au large des côtes d’Afrique de l'Ouest, la France a lancé depuis 1990, un dispositif naval dénommé « Mission Corymbe ».

À l’origine, ce dispositif a été conçu pour préserver les intérêts économiques français dans cette zone, notamment ceux liés à l’exploitation pétrolière. Corymbe relève ainsi d’une logique de puissance militaire, en complément du dispositif militaire français déployé en Afrique occidentale.
Dans ce cadre, elle assure trois missions principales : Pré-positionnement « Resevac » (Opération d’évacuation de ressortissants français), soutien des forces françaises prépositionnées dans la zone ; et lutte contre la piraterie maritime.

Les bâtiments en mission dans cette zone se déploient de la frontière nord du Sénégal à la frontière sud de l’Angola, en passant notamment par les eaux de la Côte d'Ivoire, du Bénin, du Ghana, du Togo, du Nigéria, du Cameroun, du Gabon ou encore des îles de Sao Tomé-et-Principe.


ETATS-UNIS

Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)

Burkina Faso

Un « site de sécurité coopérative » implanté à Ouagadougou offre des services de surveillance et de renseignements dans la région du Sahel.



Cameroun

L’aéroport de Garoua dans le nord du Cameroun sert aussi de base pour les drones qui frappent Boko Haram au nord-est du Nigeria. Il abrite des drones Predator non armés et quelque 300 soldats américains.



Djibouti

Le Camp Lemonnier, un site de 200 hectares, héberge un corps expéditionnaire composé d’environ 4000 soldats et personnels civils à proximité de l’aéroport international. Le Camp, qui accueille la Force opérationnelle interarmées multinationale du Commandement militaire des Etats-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) dans la Corne de l’Afrique, est la seule base militaire permanente des Etats-Unis sur le continent.


Gabon

Site de lancement rudimentaire utilisé par les forces de réaction rapide, chargées de protéger les installations diplomatiques dans la région.



Ghana

Site de lancement rudimentaire utilisé par les forces de réaction rapide.



Kenya

Le Camp Simba de Manda Bay accueille du personnel naval et des bérets verts, ainsi que des drones armés pour les opérations menées en Somalie et au Yémen.

Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)

Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)

Seychelles

Des drones sont pilotés depuis une base installée sur l’île de Victoria.



Niger

La première base de Niamey a été éclipsée par celle d’Agadez, qui peut accueillir de grands avions de transport et des drones Reaper armés. La base couvre la région du Sahel et celle du Bassin du lac Tchad.



Ouganda

Les PC-12, des avions de surveillance, partent de l’aéroport d’Entebbe lors des interventions des forces spéciales étasuniennes, en soutien des opérations ougandaises de recherche de Joseph Kony et de l’Armée de résistance du Seigneur.



République centrafricaine

Les forces spéciales américaines installées sur les « bases temporaires » d’Obo et Djema soutiennent les opérations de l’armée ougandaise pour retrouver Joseph Kony et les combattants de l’Armée de résistance du Seigneur.



République démocratique du Congo

Dungu est une autre « base temporaire » utilisée pour la recherche de Joseph Kony.



Sénégal

Un site installé au Sénégal a été utilisé par l’armée des Etats-Unis pendant la réponse à la crise d’Ebola.



Somalie

Les commandos américains opèrent depuis les sites de Kismayo et Baledogle.



Soudan du Sud

L’aérodrome de Nzara est une autre base utilisée pour la recherche de Joseph Kony.



Tchad

Des drones Predator et Reaper sont basés dans la capitale, Ndjamena.



Mais encore…

Par ailleurs, la présence de soldats américains en Algérie, en RDC, en Egypte, en Érythrée, en Ethiopie et en Tunisie, a été révélée récemment par le Washington Post.



CHINE

Djibouti

La Chine installe sa première base militaire outre-mer dans le port d’Obock, de l’autre côté du golfe de Tadjourah et de la base du corps expéditionnaire des Etats-Unis, Camp Lemonnier.
Cette base devrait accueillir près de 10 000 hommes d’ici à 2026, date à laquelle les militaires chinois auront transformé cette enclave en avant-poste militaire de la Chine en Afrique.



ROYAUME-UNI

Kenya

Une unité permanente de soutien à la formation principalement basée à Nanyuki, à 200 kilomètres au nord de Nairobi.



Mali

Des soldats des forces spéciales britanniques et un escadron d’hélicoptères Chinook sont annoncés pour renforcer la lutte contre l’insécurité au Sahel. Ces troupes devraient être prépositionnées à la frontière algéro-malienne.



INDE

Madagascar

La première station d’écoute activée par l’Inde outre-mer a été implantée dans le nord de l’île en 2007 pour suivre le déplacement des navires dans l’océan Indien et surveiller les communications maritimes.



Seychelles

L’Etat a alloué un terrain sur l’île de l’Assomption pour que l’Inde construise sa première base navale dans l’océan Indien. L’objectif apparent est de lutter contre la piraterie, mais l’Inde semble également vouloir garder un œil sur la Chine.



ALLEMAGNE

Niger

Une base militaire pour le transport aérien, à l’aéroport international de Niamey, appuye la contribution croissante de l’Allemagne en termes de personnels dans la Mission des Nations Unies au Mali.



Mali

Un détachement allemand est également présent à Gao pour notamment des missions de reconnaissance aérienne, de renseignements et de soutien logistique.



TURQUIE

Somalie

La première base militaire installée par Ankara en Afrique est une base d’entraînement pour les troupes somaliennes.



JAPON

Djibouti

Depuis 2011, un contingent de 180 soldats occupe un site d’une superficie de 12 hectares, à côté de Camp Lemonnier. Le Japon va agrandir ce poste avancé pour contrer l’influence chinoise ; cette décision est liée au nouvel engagement stratégique avec l’Afrique, souligné par la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, organisée en 2016 à Nairobi.



ITALIE

Libye

Rome possède une base militaire à Misrata, au centre du pays où stationnent 300 hommes. Elle possède également une base maritime à Tripoli et des forces de sécurités pour garder sa mission diplomatique. Les gardes du corps du Premier ministre libyen sont aussi des Italiens. L’Italie a le droit d'utiliser le ciel et les eaux territoriales libyennes. Elle a décidé de porter à 400, le nombre de ses hommes à Tripoli.

Le panorama des forces armées étrangères présentes en Afrique (Suite)

Niger

Les députés italiens ont entériné le 17 janvier dernier le déploiement d'une mission militaire au Niger afin d'aider les autorités locales à renforcer le contrôle du territoire par lequel transitent des nombreux migrants en direction de l'Europe. Ce contingent estimé à environ 470 soldats dotés de 150 véhicules, sera issu des effectifs détachés en Irak. Toutefois, le gouvernement nigérien nie avoir été consulté à ce sujet. Des pourparlers seraient en cours.



BELGIQUE

Mali

90 soldats belges assurent la sécurité des instructeurs européens détachés à Koulikouro dans le cadre de la Mission Européenne d’Entraînement au Mali (EUTM).



RUSSIE

Centrafrique

200 instructeurs des forces spéciales russes sont présents depuis le début de l’année à Bangui pour la formation des forces armées centrafricaines.



ARABIE SAOUDITE

Djibouti

Après s’être disputé avec Djibouti, Riyad finalise un accord pour la construction d’une nouvelle base. L’Arabie Saoudite est à la tête de la coalition qui lutte contre les rebelles houthis au Yémen, de l’autre côté du détroit de Bab-el-Mandeb.



EMIRATS ARABES UNIS

Erythrée

En 2015, les Emirats arabes unis ont lancé le développement du port en eau profonde d’Assab, mis en suspens un temps, et une piste de 3500 mètres de long, capable d’accueillir de grands avions de transport. Assab constitue le principal centre logistique des EAU pour toutes leurs opérations au Yémen, y compris le blocus maritime des ports de Mokha et Hodeida, situés sur la mer Rouge. En retour, le gouvernement érythréen, isolé, a reçu des aides financières et des aides à l’infrastructure.



Libye

Les Emirats lancent des frappes aériennes par avions et drones contre les insurgés, depuis l’aéroport d’Al-Khadim, situé dans l’est du pays, en soutien à l’armée nationale libyenne qui combat les militants djihadistes.


Somalie

Les EAU forment et équipent les unités de lutte contre le terrorisme de l’Agence nationale somalienne de Renseignement et de Sécurité. Elles apportent également un soutien à la force de police maritime du Puntland, qui aurait joué un rôle dans l’interception d’armes iraniennes destinées aux rebelles houthis.



Somaliland

Les EAU ont signé un bail de 30 ans sur une base navale et aérienne sur le port de Berbera. Ils auraient fourni également un entraînement militaire et apporté une garantie de sécurité à ce territoire somalien autoproclamé indépendant.


Source : Ecofin Hebdo

Mardi 20 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Tribune Libre | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC | Analyse | Eco Afrique | Annonces | Environnement | Agriculture | Société Africaine | Bon à savoir plus | Africulture CEMAC | Culture Internationale | Histoire Internationale | Flash Info Inter | Rédaction du site | Mis au Point








Message de félicitations des Universitaires et Experts Panafricains au Président Obiang Nguema Mbasogo à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de la Guinée Equatoriale

LAOTRAVOZ.INFO - 12/10/2018 - 0 Commentaire|

Le Président Obiang Nguema Mbasogo promulgue un décret portant mesures de grâce au profit des détenus

- 11/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Malabo Capitale de la coopération Sud-Sud

LAOTRAVOZ.INFO - 08/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Ouverture officielle de la conférence des ambassadeurs

- 02/10/2018 - 0 Commentaire|

Débat général de la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu : synthèse du discours du Président Obiang Nguema Mbasogo

LAOTRAVOZ.INFO - 28/09/2018 - 0 Commentaire|

Le Président Obiang Nguema Mbasogo est à New York pour assister à la 73e Assemblée Générale de l'Onu

LAOTRAVOZ.INFO - 24/09/2018 - 0 Commentaire|

PDGE : Préparatifs de la commémoration du cinquantenaire de la Guinée Équatoriale à la souveraineté internationale !

LAOTRAVOZ.INFO - 10/09/2018 - 0 Commentaire|

Forum coopération-Chine Afrique : Obiang Nguema Mbasogo présent à la cérémonie d'ouverture officielle du Forum

LAOTRAVOZ.INFO - 03/09/2018 - 0 Commentaire|

Le Président de la Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a rencontré ce dimanche le Président Chinois Xi Jinping

LAOTRAVOZ.INFO - 02/09/2018 - 0 Commentaire|

Le Président Obiang Nguema Mbasogo assiste au Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine

LAOTRAVOZ.INFO - 31/08/2018 - 0 Commentaire|