Connectez-vous S'inscrire
Laotravoz.info : guinée équatoriale, guinea écuatorial,  actualité en guinée équatoriale, guinée équatoriale malabo, guinée équatoriale bata, nouvelle guinée équatoriale, news guinée équatoriale
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Trois anciens ministres visés dans l’enquête sur le bombardement de Bouaké en 2004



La juge chargée de l’enquête sur le bombardement du camp militaire français en Côte d’Ivoire demande le renvoi de Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin et Michel Barnier devant la cour de justice de la République.



Plus de onze ans après le bombardement du camp militaire français en Côte d’Ivoire qui avait coûté la vie à neuf soldats français, la juge d’instruction Sabine Kheris a demandé le renvoi de Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin et Michel Barnier devant la Cour de Justice de la République (CJR). Ceux-ci qui étaient alors respectivement ministre de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères, et la juge veut savoir s’ils auraient permis la libération des responsables présumés.

Neuf soldats français tués

L’affaire remonte au 6 novembre 2004. La Côte d’Ivoire se trouve alors scindée en deux : le Sud est contrôlé par le président Laurent Gbagbo, le Nord par les rebelles. Jacques Chirac, au pouvoir, a enclenché deux ans plus tôt l’opération Licorne pour protéger les ressortissants français. Une base militaire française est notamment située en plein centre du pays, à Bouaké.

Ce samedi de 2004, les forces loyalistes de Laurent Gbagbo combattent les rebelles non loin du site. C’est alors que deux Sukhoï SU-24 de l’armée ivoirienne lâchent des roquettes sur le camp, tuant neuf militaires français et un civil américain.

Mercenaires suspects arrêtés… et relâchés

> À lire : La Cour pénale internationale juge Laurent Gbabgo

Dans les heures suivant l’attaque, quinze mercenaires russes, biélorusses et ukrainiens sont interceptés à l’aéroport d’Abidjan, soupçonnés d’être à l’origine de l’attaque. En effet, Laurent Gbagbo avait recruté quelques semaines plus tôt plusieurs équipages biélorusses pour passer à l’offensive contre les rebelles du nord de son pays. Les deux Sukhoï de l’attaque en faisaient partie. Mais sur ordre de Paris, les techniciens seront remis aux autorités russes sans être interrogés.

« Une concertation à un haut niveau de l’État »

Le 16 novembre 2004, soit dix jours après l’attaque du camp militaire, le Togo arrête huit autres Biélorusses dans un car venu de Côte d’Ivoire. « Nous avions l’intime conviction qu’ils avaient bombardé la position française », explique François Boko, le ministre de l’intérieur togolais de l’époque. À Paris, les ministères de l’intérieur, de la défense et des affaires étrangères prennent la même décision : ne pas réagir. Les suspects sont alors relâchés. Selon l’ordonnance de la juge Sabine Kheris, cette décision, « prise à l’identique (…), permet de penser à l’existence d’une concertation à un haut niveau de l’État ».

Les anciens ministres démentis

Début 2005, Dominique de Villepin et Michèle Alliot-Marie sont entendus par la justice. Le premier, très au courant des affaires ivoiriennes depuis son passage par le Quai d’Orsay de 2002 à 2004, affirme ne pas avoir été informé de l’arrestation des pilotes. Des témoignages et messages diplomatiques envoyés par le Togo prouvent pourtant le contraire.

Quant à Michèle Alliot-Marie, elle affirme que, selon son cabinet, « il n’y avait pas de base légale » pour saisir la justice. Mais David Sénat, l’un de ses anciens conseillers juridiques, a affirmé devant la justice n’avoir même pas été consulté sur ce dossier.

> À lire : L’administration, de retour dans le nord de la Côte d’Ivoire

La juge d’instruction Sabine Kheris a pris le 2 février 2016 une ordonnance pour saisir la Cour de Justice de la République (CJR), comme l’ont révélé mercredi 24 février le Canard Enchaîné et Mediapart. La CJR est la seule instance habilitée à juger les ministres pour des faits commis dans leurs fonctions. Les anciens ministres risquent trois ans de prison et 45 000 € d’amende, pour avoir permis aux auteurs d’un crime de fuir avant leur arrestation.


LA CROIX-HENRIQUE VALARES
Jeudi 25 Février 2016

Nouveau commentaire :

Présidence | Le Gouvernement | G.E : Economie | G.E : Politique | Les Collabos | G.E : Société | Guinée Equatoriale | CEMAC | Culture | Démentis | G.E : Diplomatie | News Infos Plus | Opinion /Débat/Reflexion | Réalisations | Flash Info | Bon à Savoir | International | Contacts Utiles | Alerte Prévoyance | Tribune Libre | Archive | G.E : Sport | G.E : Industrie | Santé | Nécrologie | Union Africaine | Eco Internationale | Les Collabos | ONU | CEEAC | Analyse | Eco Afrique | Annonces | Environnement | Agriculture | Société Africaine | Bon à savoir plus | Africulture CEMAC | Culture Internationale | Histoire Internationale | Flash Info Inter | Rédaction du site | Mis au Point








Droit de réponse à Salomon Abeso Ndong suite à ses allégations contre le chef de l’Etat au sujet de la fête des morts!

LAOTRAVOZ.INFO - 16/11/2018 - 0 Commentaire|

Sommet extraordinaire des Chefs d'Etat de la Cemac : Le président Obiang Nguema Mbasogo présent à Ndjamena

LAOTRAVOZ.INFO - 25/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Libération des prisonniers ayant bénéficié de la grâce présidentielle

LAOTRAVOZ.INFO - 23/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Équatoriale : Des voyous incarcérés qui se font passer pour des prisonniers politiques !

LAOTRAVOZ.INFO - 18/10/2018 - 0 Commentaire|

Décryptage de l'interview de son Excellence Obiang Nguema Mbasogo sur une chaîne de télévision espagnole

LAOTRAVOZ.INFO - 17/10/2018 - 0 Commentaire|

Message de félicitations des Universitaires et Experts Panafricains au Président Obiang Nguema Mbasogo à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de la Guinée Equatoriale

LAOTRAVOZ.INFO - 12/10/2018 - 0 Commentaire|

Le Président Obiang Nguema Mbasogo promulgue un décret portant mesures de grâce au profit des détenus

- 11/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Malabo Capitale de la coopération Sud-Sud

LAOTRAVOZ.INFO - 08/10/2018 - 0 Commentaire|

Guinée Equatoriale : Ouverture officielle de la conférence des ambassadeurs

- 02/10/2018 - 0 Commentaire|

Débat général de la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu : synthèse du discours du Président Obiang Nguema Mbasogo

LAOTRAVOZ.INFO - 28/09/2018 - 0 Commentaire|